@ECOLOGIEI

@ECOLOGIEI
2008 création du Blog, From Paris, France : 2006 création du HUB (VIADEO) *21ème Siècle-'ECOLOGIE & INNOVATION': DEVELOPPEMENT DURABLE DU XXIe siècle!2.0* Think Tank International : + de 3000 membres. *Morgane BRAVO Avocat de formation, études & expérience Diplomatique, Sciences Politiques... « Euroblogeur »...2002 en France : Candidate (titulaire) aux élections Législatives, dans la 14ème Circonscription de Paris. 16e arrondissement (Sud). Fondatrice *Morgane BRAVO, from Paris, France. She's graduate Lawyer and have a Master’s degree in Diplomacy & Political Science...Diplomatic experience.

mardi 3 février 2009

*"Il n'y a pas de contradiction entre les objectifs financiers et la performance de l'investissement durable à moyen ou long terme"*

***Pour passer à un modèle de développement durable, les entreprises ont besoin du marché financier. Sur quels arguments les investisseurs privés se décident-ils à rejoindre l'économie verte ?

La première motivation est la conviction, ou la prise de conscience, de l'urgence de participer à des investissements socialement responsables (ISR) avec une exigence de performances financières au moins équivalentes au reste du marché. Une seconde catégorie d'investisseurs est motivée par la recherche d'opportunités financières, comme certains le furent par Internet dans les années 1990.

Depuis dix ans, ces placements bénéficient en Europe d'une progression annuelle à deux chiffres. En 2007, le marché, en hausse de 100 % sur deux ans, représentait 511,7 milliards d'euros, dont 28,5 milliards en France. Même si la crise financière a affecté les valorisations de ces investissements, les résultats sur dix ans confirment qu'il n'y a pas de contradiction entre les objectifs financiers et la performance de l'investissement durable à moyen ou long terme.

Mais la crise frappe l'économie verte plus que le reste. Depuis juillet 2008, les actions du secteur de l'énergie solaire ont chuté de plus de 60 %. Les arguments pour convaincre les investisseurs changent-ils dans un tel contexte ?

Le solaire est très volatil, car il suit l'évolution du cours du baril du pétrole. A partir de 40 dollars le baril, les investisseurs peuvent jouer l'efficacité énergétique. Mais ce n'est qu'à partir de 80 dollars le baril que le solaire et l'éolien sont compétitifs par rapport aux énergies fossiles. Les investisseurs se sont donc désengagés au fur et à mesure de la chute du pétrole. Et la baisse pourrait se poursuivre. Ce qui signifie qu'un Green New Deal ne va pas forcément doper les valeurs solaires à court terme. En revanche, une reprise des investissements est attendue à moyen terme. Le marché du durable continue de se consolider. En période de crise, les investisseurs n'abandonnent pas l'économie verte, mais se replient sur des valeurs défensives, comme la biomasse (valorisation des déchets).
Quel est l'avantage compétitif d'un placement vert ?

La visibilité sur le long terme. L'analyse long terme permet de mieux anticiper les "business models" des secteurs et des entreprises, de mieux contrôler la qualité du management. Et enfin de mieux analyser les risques financiers d'un point de vue social et environnemental. La crise a valorisé les sujets de la finance durable, comme les questions de gouvernance et d'environnement. A ma connaissance, il n'y a d'ailleurs pas eu de fonds Madoff ni de subprimes dans les fonds ISR.
Avec quels produits financiers peut-on investir dans le durable ?

Historiquement, on a commencé par le marché des actions, car les premiers investisseurs étaient des militants. En tant qu'actionnaires, ils faisaient valoir leurs positions en Assemblée générale. A cause de la crise financière, les investisseurs se réfugient dans l'obligataire, mais les actions restent majoritaires. Depuis cinq ans, le marché, qui s'adresse aux particuliers et aux institutionnels, a élargi sa palette aux obligations, aux matières premières (commodities), aux titres non cotés (private equity), il pourrait même proposer de la dette souveraine sur le financement des Green New Deals.

Jean-Philippe Desmartin, responsable de la recherche ISR à la société de Bourse Oddo Securities

Propos recueillis par Anne Rodier
Le Monde
03.02.09.

Aucun commentaire: