@ECOLOGIEI

@ECOLOGIEI
2008 création du Blog, From Paris, France : 2006 création du HUB (VIADEO) *21ème Siècle-'ECOLOGIE & INNOVATION': DEVELOPPEMENT DURABLE DU XXIe siècle!2.0* Think Tank International : + de 3000 membres. *Morgane BRAVO Avocat de formation, études & expérience Diplomatique, Sciences Politiques... « Euroblogeur »...2002 en France : Candidate (titulaire) aux élections Législatives, dans la 14ème Circonscription de Paris. 16e arrondissement (Sud). Fondatrice *Morgane BRAVO, from Paris, France. She's graduate Lawyer and have a Master’s degree in Diplomacy & Political Science...Diplomatic experience.

vendredi 1 mai 2009

*Le Québec et le développement durable : comment "restaurer" la planète, par Pierre Arcand*

***Dans une chronique récente (Le Monde du 20 avril), Hervé Kempf dénonce la volonté du gouvernement du Québec de développer le Nord québécois, un immense territoire situé au nord du 49e parallèle, d'une superficie égale à deux fois celle de la France.

Parlant du Québec, M. Kempf dit avec justesse que "le revenu disponible par habitant y est sensiblement égal à celui de la France ou du Japon". Il ajoute qu'en conséquence "il n'y a pas nécessité d'enrichissement" et que chez nous comme ailleurs "les pays riches n'ont plus besoin de se développer" puisque le développement n'entraîne que "l'aggravation constante de la crise écologique".

Depuis vingt ans, M. Kempf contribue de manière essentielle à "conscientiser" le monde sur la protection de l'environnement et la crise des changements climatiques. Sa notoriété a atteint le Québec et c'est avec beaucoup de respect que je commente son propos.

A mon sens, l'affirmation selon laquelle les pays riches n'ont plus besoin de se développer est une posture essentiellement théorique qui est intenable. Ce serait comme vouloir empêcher un enfant de grandir. Les sociétés sont vivantes. Elles créent, inventent et aspirent au mieux-être. C'est en chacun de nous, individuellement comme collectivement.

A l'utopie qui serait de figer le développement des sociétés riches, nous répondons par la nécessité de réorienter leur développement. Dans son célèbre ouvrage, M. Kempf démontre comment les riches détruisent la planète. Aux gouvernements du monde développé d'écrire le tome II : Comment les riches "restaurent" la planète.

C'est cette direction que nous voulons emprunter. Le Québec est la seule province canadienne qui a réduit ses émissions de gaz à effet de serre par rapport à 1990. Notre plan de lutte contre les changements climatiques a été salué par les organisations écologistes du monde.

Nous menons la marche pour l'étab0lissement d'un marché du carbone en Amérique du Nord ; avec la Californie, nous entendons forcer la main des constructeurs automobiles avec de nouvelles normes antipollution qui entreront en vigueur en 2011 ; nous avons un plan ambitieux de développement des transports collectifs et nous développons les énergies renouvelables comme l'hydroélectricité et l'énergie éolienne avec l'intention d'accroître nos exportations d'énergie propre vers nos voisins du Canada et des Etats-Unis. Ce faisant, nous limiterons, chez nos voisins, le recours à des énergies polluantes, comme les centrales au charbon.

Notre volonté est de faire du Nord québécois un exemple de développement durable. Sur ce territoire immense, nous tracerons de fins traits pour briser l'isolement de certaines communautés locales et autochtones et offrir des projets d'avenir à cette jeunesse. La moitié de ce territoire sera à l'abri de tout développement. Les règles de protection de l'environnement seront sans égales.

Nous avons montré de quelle manière nous entrevoyions ce développement en investissant 300 millions de dollars canadiens (187 millions d'euros) pour nettoyer des sites miniers abandonnés. Le Québec n'est pas en train de "perdre le Nord", mais au contraire de le préserver en offrant au monde un modèle de développement durable réconciliant les bénéfices économiques, sociaux et environnementaux.

Le Québec a encore beaucoup de progrès à faire sur la question de l'environnement. Mais nous sommes en marche et nous faisons figure de leaders en Amérique du Nord. C'est d'ailleurs ce que reconnaissait récemment Al Gore ; l'ancien vice-président américain, Prix Nobel de la paix et réalisateur du film-choc Une vérité qui dérange, décrivait le Québec comme "la conscience environnementale du Canada". Le Québec est au coeur de la lutte pour un nouveau modèle de développement qui se fait au bénéfice de la planète.

Pierre Arcand est ministre des relations internationales québecois.

LE MONDE
30.04.09

Aucun commentaire: