@ECOLOGIEI

@ECOLOGIEI
2008 création du Blog, From Paris, France : 2006 création du HUB (VIADEO) *21ème Siècle-'ECOLOGIE & INNOVATION': DEVELOPPEMENT DURABLE DU XXIe siècle!2.0* Think Tank International : + de 3000 membres. *Morgane BRAVO Avocat de formation, études & expérience Diplomatique, Sciences Politiques... « Euroblogeur »...2002 en France : Candidate (titulaire) aux élections Législatives, dans la 14ème Circonscription de Paris. 16e arrondissement (Sud). Fondatrice *Morgane BRAVO, from Paris, France. She's graduate Lawyer and have a Master’s degree in Diplomacy & Political Science...Diplomatic experience.

samedi 20 juin 2009

*La Fipec promeut le développement durable...*

***La Fipec et son groupement Peinture Carrosserie dépassent le cadre de Reach pour mettre en avant les avantages qu'une stratégie de développement durable peut procurer aux acteurs de la filière (1).

Recueil de bonnes pratiques qui sont encore loin d'être la norme sur le marché…

Ancrée dans son rôle de fédération, la Fipec compte convaincre la filière qu'il faut s'inscrire dans une démarche active de développement durable. De gré ou de force d'une certaine manière… comme le laisse entendre Michel Le Tallec, son délégué général : "Vu que la volonté présidentielle et politique est très forte, nous le savons pour avoir vu certaines de nos demandes de moratoire rejetées, il ne sera guère fécond de tergiverser". En premier lieu, les fabricants de peinture ont tenu à mettre en avant les efforts déployés à leur niveau : réduction des émissions de solvants, développement des technologies UV, utilisation d'au moins 20 % de matières premières renouvelables dans la composition des produits, etc. D'autres engagements sont pris pour l'avenir (réduction de la consommation d'énergie de 1 % sur cinq ans, baisse des gaz à effet de serre de 10 % entre 2006 et 2011…) et chaque groupe a mis en place une forme de kaizen du développement durable, des grands dirigeants aux opérateurs. Naturellement peu prolixes sur l'importante augmentation des tarifs peinture ces dernières années, ils exhortent les distributeurs et les carrossiers à épouser une stratégie similaire. Assurant que l'investissement peut être valorisé via le marketing et notamment vis-à-vis des donneurs d'ordre, assureurs comme plates-formes de gestion de sinistres. Un sujet polémique qui cristallise d'historiques inimitiés quand retentit le "ding" du tiroir-caisse (voir entretien de Max Alunni ci-dessous).


Quel partage de l'investissement sur le développement durable ?

Pour étayer leur propos, les membres de la Fipec ont choisi la démonstration par l'exemple en donnant la parole à Didier Leduc, patron charismatique de Breteault (60 salariés pour 13 millions de chiffre d 'affaires annuel), pour la distribution, et à Max Alunni, non moins charismatique patron d'Albax, pour les réparateurs. Deux exemples qui sont plus des modèles en la matière que des entreprises représentatives du secteur. Mais leurs bonnes pratiques sont pertinentes et participent, selon eux, au succès de leur entreprise. "Chez Breteault, nous reprenons les solvants même si c'est parfois compliqué et que ce n'est pas gratuit ; nous avons décidé de ne plus commercialiser les peintures contenant du plomb, encore légion dans le PL notamment ; nous avons déployé une gamme Eco Nettoyant certes un tantinet moins efficace que les diluants à acétone, mais tellement plus respectueuse de l'environnement… C'est donc une démarche globale", explique Didier Leduc avant d'ajouter : "Le problème, c'est le coût et la façon de le répercuter. A ce propos, je pense que les apporteurs d'affaires pourraient avoir une implication plus forte… Il faut d'ailleurs que toute la chaîne des intervenants se mette au diapason. Pour la récupération des solvants chez les carrossiers, nous sommes ainsi à 10 % des volumes. Or les 90 % restants ne s'évaporent pas…". Le message est passé. Reste encore à savoir si ces bonnes pratiques sont duplicables dans des entreprises beaucoup plus petites, notamment sous l'angle financier. On en revient au partage de l'investissement…"Money is money !". Et là la Fipec, ancrée dans son rôle de fédération, n'y peut pas grand-chose.

(1) Voir aussi l'entretien de Jean Papachryssanthou (JA n°1084).

Le Journal de l'Automobile
19/6/2009

Aucun commentaire: