@ECOLOGIEI

@ECOLOGIEI
2008 création du Blog, From Paris, France : 2006 création du HUB (VIADEO) *21ème Siècle-'ECOLOGIE & INNOVATION': DEVELOPPEMENT DURABLE DU XXIe siècle!2.0* Think Tank International : + de 3000 membres. *Morgane BRAVO Avocat de formation, études & expérience Diplomatique, Sciences Politiques... « Euroblogeur »...2002 en France : Candidate (titulaire) aux élections Législatives, dans la 14ème Circonscription de Paris. 16e arrondissement (Sud). Fondatrice *Morgane BRAVO, from Paris, France. She's graduate Lawyer and have a Master’s degree in Diplomacy & Political Science...Diplomatic experience.

mercredi 3 mars 2010

*GIEC dénigré, Copenhague déraillé : par Alain Brunel...*

***Pendant que la fonte des glaces s'accélère, les sceptiques, négateurs et manipulateurs de tout acabit font flèche de tout bois. Le message dérange, visez le messager. Piratage sophistiqué de dix ans de courriels des climatologues de l'université East Anglia (le prétendu "Climategate") ; dénigrement du Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat (GIEC) par l'Arabie saoudite dès le premier jour du sommet de Copenhague ; échec de ce sommet où, finalement, les Etats se fixent des objectifs insuffisants pour contenir le réchauffement moyen à + 2 °C et même, pour le Canada, en retrait sur ses précédents "engagements" (!) ; révélation d'une grossière erreur relative au rythme de fonte des glaciers himalayens dans le dernier rapport du GIEC et atteintes à la réputation de son président ; certains faiseurs d'opinion sautent sur l'occasion pour insinuer que tous les propos du GIEC seraient douteux, à l'instar de l'essayiste Guy Sorman, qui ose parler d'"idéologie réchauffiste" à l'émission "Vous aurez le dernier mot" de Franz-Olivier Giesbert. Et il suffit d'une accumulation de neige exceptionnelle sur Washington ou d'une vague de froid et de neige relativement rare en Europe et Adios Global Warming ! Les chacals borgnes sont lâchés…

Les négateurs font douter de plus en plus de gens de la menace climatique, tandis que la réalité des faits dépasse les pronostics scientifiques les plus pessimistes. On croirait rêver. Beau travail de propagande. Mission accomplie pour les agents du Climate Crash ?!

CES VÉRITÉS QUI DÉRANGENT

J'appelle "agents du Climate Crash", ou "climato-crashistes", ceux dont les actions ont pour but ou pour conséquence d'empêcher la mise en place d'un processus international efficace de réduction des gaz à effet de serre (GES) fondé sur les recommandations scientifiques. Soyons clair : des incertitudes subsistent bien évidemment dans la compréhension de dynamiques aussi complexes que celles du climat planétaire. Mais le déni des vérités scientifiques déjà acquises et le refus d'agir résolument dès maintenant aggraveront les bouleversements climatiques et biologiques annoncés aussi sûrement que le jour succède à la nuit et le printemps à l'hiver. C'est de la science dure.

Ainsi, la propriété physique dite d'effet de serre du dioxyde de carbone (CO2) est connue depuis le milieu du XIXe siècle. Toutes choses égales par ailleurs, il est parfaitement logique de penser que l'accumulation de CO2 dans l'atmosphère finisse par la réchauffer. Selon le GIEC, le réchauffement constaté depuis quelques décennies ne peut s'expliquer sans l'action des GES. La dernière décennie a été l'une des plus chaudes jamais recensée, selon l'Organisation météorologique mondiale et, soulignons-le, pendant une période de basse activité du Soleil. Les mesures par satellite indiquent également que l'humidité atmosphérique a augmenté depuis 1998 dans cet air plus chaud, comme le prévoit la théorie. D'ailleurs, les chercheurs du programme Epica sur les glaces des calottes polaires ont établi que les variations de température de l'air sont corrélées avec le niveau de CO2 depuis 800 000 ans… Notez qu'aucune des teneurs en CO2 et en méthane enregistrées au cours des 800 000 ans passés n'a été aussi élevée que celles d'aujourd'hui… Où est l'idéologie ?

L'acidification de l'océan est une menace crainte même par le sceptique Claude Allègre. Elle résulte de la dissolution du CO2 dans l'eau. Le taux d'acidité des océans a d'ores et déjà augmenté de 30 % depuis l'ère pré-industrielle. L'acide carbonique est néfaste pour les organismes qui ont besoin de carbonate de calcium pour leur coquille ou leur squelette. Citons notamment les coraux, les oursins, les étoiles de mer, nombre de mollusques et de crustacés, ou encore une partie du plancton comme les ptéropodes. Ces mollusques planctoniques, abondants dans les mers froides, seront affectés par l'acidification extrapolée vers 2050, selon les scénarios désormais trop conservateurs du GIEC. Ils constituent la nourriture de base de nombreuses espèces comme le zooplancton, les baleines, les saumons. L'acidification des océans menace donc les écosystèmes marins d'effondrement. Idéologie vous dites ?

La hausse du niveau des océans, estimée maintenant par le GIEC à un mètre d'ici à la fin du siècle en raison de la récente accélération de la fonte des calottes glaciaires (fourchette deux fois plus élevée que dans le rapport 2007), aura des conséquences certaines pour les 600 millions de personnes vivant à une altitude de moins de 10 mètres du niveau de la mer sur les littoraux de la planète. Les mégapoles de New York, Tokyo, Shanghaï, Bombay, parmi d'autres, sont en première ligne. Où diable les "climato-crashistes" voient-ils ici de l'idéologie !?

9 CHANCES SUR 10

En ce moment, l'Est sahélien et la Chine du Sud-Ouest connaissent une forte sécheresse. L'Argentine et l'Australie ont également subi récemment d'intenses sécheresses. Cela concorde avec les modèles climatiques qui prévoient des sécheresses plus fréquentes dans les zones subtropicales. Les récentes accumulations records de neige sur le centre-est des Etats-Unis sont également compatibles avec ce dérèglement du cycle de l'eau. L'air plus chaud contenant davantage de vapeur d'eau, des précipitations plus abondantes et plus intenses sont une des conséquences attendues des changements climatiques aux latitudes moyennes.

En dépit des incertitudes qui subsistent, reconnues par le GIEC, la connaissance acquise sur les changements climatiques est assez solide pour que les scientifiques affirment ceci : il y a plus de 9 chances sur 10 pour que le réchauffement des dernières décennies soit causé par l'activité humaine. Seriez-vous assez fou pour ne pas jouer à une loterie qui vous donnerait 9 chances sur 10 de gagner ? Sauf qu'ici, il s'agit de perdre et de perdre énormément. Le refus d'agir à la hauteur des enjeux mènera à la mort des océans, à l'extinction massive d'espèces, à des dérèglements climatiques sur d'immenses régions du globe, à des millions de réfugiés. Où est l'idéologie, où est l'illusion, sinon dans le déni de pronostics scientifiquement fondés ?

Pour conclure, écoutons un scientifique qu'on ne peut taxer d'idéologue, Robert Kandel, directeur de recherche émérite au CNRS, qui travaille au laboratoire de météorologie dynamique de l'Ecole polytechnique. Les trois dernières phrases de son ouvrage intitulé La Catastrophe climatique (Hachette, 2009) se passent de commentaires :

"L'évolution actuelle confirme, voire dépasse, les pronostics les plus alarmistes. En tant qu'astronome, je n'ai pas peur pour la planète, elle en a vu d'autres. Mais pour mes enfants et mes petits-enfants, pour les enfants et petits-enfants de tous nos contemporains, si nous n'agissons pas rapidement, la catastrophe est imminente."

Alain Brunel est sociologue des organisations chez Technologia, à Paris, et cofondateur de l'Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique.

Le Monde
01.03.10

Aucun commentaire: