@ECOLOGIEI

@ECOLOGIEI
2006 création du HUB (VIADEO) *21ème Siècle-'ECOLOGIE & INNOVATION': DEVELOPPEMENT DURABLE DU XXIe siècle!2.0* Think Tank International : + de 3000 membres. *Morgane BRAVO Avocat de formation, études & expérience Diplomatique, Sciences Politiques... « Euroblogeur »...2002 en France : Candidate (titulaire) aux élections Législatives, dans la 14ème Circonscription de Paris. 16e arrondissement (Sud). Fondatrice *Morgane BRAVO, from Paris, France. She's graduate Lawyer and have a Master’s degree in Diplomacy & Political Science...Diplomatic experience.

mercredi 28 avril 2010

*Du 4 au 6 mai : Installations solaires à Paris...!*



****Du 4 au 6 mai : l'occasion d'en savoir plus sur les installations solaires à Paris!

www.idemu.org

Bien à vous,

Morgane BRAVO

*Solar Energy Electrical : December 21 2012...*



***Dec 21 2009 go to http://gravationallensing.blogspot.com/ to daily pictures. There are tremendous temperature changes going on in Bering Sea., in Tibet, and in Africa.***** December 19, 2009 update **** here is the link for the world temperature map. http://gravationallensing.blogspot.co... **** I will post the map every for 2 weeks. this should give enough time see if the theory is correct. If you disagree please say why. 26 2009 update ----- Here is a link to the daily high temperature of the world : http://www.eldoradocountyweather.com/... ---- Check back here periodically to establish a baseline. Then check this map for six days around the 21st of december (18,19,20,21, 22, 23,24). You should se a bump up in temperature, then a fall off around that date, that should be visible to your eye. You might want to print out map to make good comparison. For instance , the temp is 40 F degrees at the tip of Greenland - ice is melting today. . ------ ******* Here are 2 figures show how the light from the stars is multiplied many million, billions and trillions of times to strike the Earth on December 21, 2012. AS you listen to the how this happens, remember that this energy from behind the black hole is only focused tightly at December 21, 2012. God has blessed me by revealing this event to me. I trust he will give you understanding to make the best use of this information.
One solution that I propose is to move away from low lying land and grow algae in large ponds. Besides helping to strengthen your immune system, it will provide an alternative source of food when other food sources disappear. See my video, "Time lapse geting younger"

Some further thoughts . I need to talk about the solar flares from all the individual suns behind the black hole. They all have solar flares and some of this stuff is coming to us as well. The material in the solar flares cause transformers on the electrical grid to blow, communications satalites to become fried, etc.
Some people feel that this energy is going to bring a new change in consciousness, that we will be better spiritual people. When I hear that and think of all the negative consequences, I am reminded of the scene in the movie, Independence Day, where the friend of the dancer rushes off to the high rise to welcome the alien ship. There was a blast of energy there, too.
****** July 15, 2009 update ******* There is a solution to this situation coming detestation. Move to higher ground and grow algae for a food supplement. I have attached a video of the algae (Prana Water) and its ability to make one younger.
**** September 4 2009 update ****** Here is a good link for 2012 and calendar. Good diagram showing the crosses with the galactic equator on dec. 21 2012. *********

http://www.greatdreams.com/2012.htm

***“How To: Solar Energy Electricity” System easily enables you to produce free and unlimited electricity in just few days.

Visit: EasyFreeEnergy.com

Bien à vous,

Morgane BRAVO

*Six ONG : lancent l’appel citoyen et la campagne "La biodiversité, c'est ma nature"*


***La biodiversité, c’est la nature et les humains réunis. C’est tout simplement la condition première de la vie. Notre santé et notre bien-être dépendent de la biodiversité. Grâce à elle, nous respirons, mangeons, buvons, consommons, créons, innovons…

Nous avons cru pouvoir dominer la nature et exploiter ses ressources à l’infini. Nous pesons sur les autres formes de vie sur terre plus qu’aucune espèce ne l’a jamais fait, et nous atteignons la limite de ce que la planète peut supporter.

La disparition des espèces et des milieux naturels ne peut plus continuer au rythme actuel. Notre capacité à aborder le futur dans de bonnes conditions en dépend.

Si nous le décidons, nous avons le pouvoir d’agir pour changer les choses et construire l’avenir.

Reprenons conscience que nous faisons partie de la biodiversité et que nous en dépendons. Que ce soit en matière d’alimentation, de consommation, de production, de loisirs ou de déplacements, chacun d’entre nous, individuellement et collectivement, doit faire le lien entre ses actes quotidiens et leurs impacts sur la nature.

En signant et en relayant cet appel, je m’engage a agir a mon niveau et a devenir porteur du message : la biodiversite c’est ma nature.

Je demande à tous les politiques, du national au local, aux décideurs économiques et sociaux, de s’impliquer et d’agir pour la préservation et la restauration de la biodiversité.

À l’occasion de l’année internationale de la biodiversité, rejoignez tous ceux qui souhaitent que la prise en compte de la biodiversité devienne une grande cause partagée.

Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l'Homme

Morgane BRAVO

*JE SIGNE L'APPEL :
http://www.labiodiversitecestmanature.org/signature.php

***"La Biodiversité, c'est ma nature"... :
http://bit.ly/8XFd4X

Bien à vous,

Morgane BRAVO

lundi 26 avril 2010

*Don’t talk to aliens, warns : Stephen Hawking...*


***THE aliens are out there and Earth had better watch out, at least according to Stephen Hawking. He has suggested that extraterrestrials are almost certain to exist — but that instead of seeking them out, humanity should be doing all it that can to avoid any contact.

The suggestions come in a new documentary series in which Hawking, one of the world’s leading scientists, will set out his latest thinking on some of the universe’s greatest mysteries.

Alien life, he will suggest, is almost certain to exist in many other parts of the universe: not just in planets, but perhaps in the centre of stars or even floating in interplanetary space.

Hawking’s logic on aliens is, for him, unusually simple. The universe, he points out, has 100 billion galaxies, each containing hundreds of millions of stars. In such a big place, Earth is unlikely to be the only planet where life has evolved.

“To my mathematical brain, the numbers alone make thinking about aliens perfectly rational,” he said. “The real challenge is to work out what aliens might actually be like.”

The answer, he suggests, is that most of it will be the equivalent of microbes or simple animals — the sort of life that has dominated Earth for most of its history.

One scene in his documentary for the Discovery Channel shows herds of two-legged herbivores browsing on an alien cliff-face where they are picked off by flying, yellow lizard-like predators. Another shows glowing fluorescent aquatic animals forming vast shoals in the oceans thought to underlie the thick ice coating Europa, one of the moons of Jupiter.

Such scenes are speculative, but Hawking uses them to lead on to a serious point: that a few life forms could be intelligent and pose a threat. Hawking believes that contact with such a species could be devastating for humanity.

He suggests that aliens might simply raid Earth for its resources and then move on: “We only have to look at ourselves to see how intelligent life might develop into something we wouldn’t want to meet. I imagine they might exist in massive ships, having used up all the resources from their home planet. Such advanced aliens would perhaps become nomads, looking to conquer and colonise whatever planets they can reach.”

He concludes that trying to make contact with alien races is “a little too risky”. He said: “If aliens ever visit us, I think the outcome would be much as when Christopher Columbus first landed in America, which didn’t turn out very well for the Native Americans.”

The completion of the documentary marks a triumph for Hawking, now 68, who is paralysed by motor neurone disease and has very limited powers of communication. The project took him and his producers three years, during which he insisted on rewriting large chunks of the script and checking the filming.

John Smithson, executive producer for Discovery, said: “He wanted to make a programme that was entertaining for a general audience as well as scientific and that’s a tough job, given the complexity of the ideas involved.”

Hawking has suggested the possibility of alien life before but his views have been clarified by a series of scientific breakthroughs, such as the discovery, since 1995, of more than 450 planets orbiting distant stars, showing that planets are a common phenomenon.

So far, all the new planets found have been far larger than Earth, but only because the telescopes used to detect them are not sensitive enough to detect Earth-sized bodies at such distances.

Another breakthrough is the discovery that life on Earth has proven able to colonise its most extreme environments. If life can survive and evolve there, scientists reason, then perhaps nowhere is out of bounds.

Hawking’s belief in aliens places him in good scientific company. In his recent Wonders of the Solar System BBC series, Professor Brian Cox backed the idea, too, suggesting Mars, Europa and Titan, a moon of Saturn, as likely places to look.

Similarly, Lord Rees, the astronomer royal, warned in a lecture earlier this year that aliens might prove to be beyond human understanding.

“I suspect there could be life and intelligence out there in forms we can’t conceive,” he said. “Just as a chimpanzee can’t understand quantum theory, it could be there are aspects of reality that are beyond the capacity of our brains.”

Stephen Hawking's Universe begins on the Discovery Channel on Sunday May 9 at 9pm

Jonathan Leake
The Sunday Times
April 25, 2010

***L'un des scientifiques les plus célèbres au monde estime qu'il y a presque certainement de la vie ailleurs dans l'univers, mais que l'Homme ne devrait pas forcément essayer d'entrer en contact parce que cela pourrait représenter un danger. Stephen Hawking explique dans une nouvelle série de documentaires qui sera diffusée sur Discovery Channel qu'il est très peu probable que la Terre soit la seule planète où la vie s'est développée, étant donné qu'il y a 100 milliards de galaxies dans l'univers.

Bien que la vie extraterrestre ait plus de chances de consister en des microbes ou de simples animaux, il pourrait y avoir quelques formes de vie intelligente. Et selon Hawking, entrer en contact avec elles pourrait représenter une menace pour l'humanité, parce qu'elles seraient sans doute intéressées par les ressources naturelles de notre planète...

A SUIVRE...*

Bien à vous,

Morgane BRAVO

*Día de la Tierra : Historia...*



***La historia de la jornada con la que se celebra al planeta azul...

Bien à vous,

Morgane BRAVO

*Cumbre del Clima...*



***Finalizó la cumbre de los pueblos sobre el cambio climático con un caro pedido a las naciones ricas...

Bien à vous,

Morgane BRAVO

*Día de la Tierra...*



***La oportunidad de celebrar y tomar conciencia común sobre los problemas de la contaminación mundial...

Bien à vous,

Morgane BRAVO

*Día de la Tierra : La visión indígena...*



***La visión indígena sobre el calentamiento global y el cuidado de la tierra...

Bien à vous,

Morgane BRAVO

*Un desastre ecológico...*



***La minería del oro causa grandes daños en la Selva de Madre de Dios de Perú...

Bien à vous,

Morgane BRAVO

dimanche 25 avril 2010

*L’histoire du climat, dans les livres de bord...*


***En épluchant les données consignées minutieusement par les navigateurs, les chercheurs reconstituent la météorologie des siècles passés

22 août 1680, dans l’Atlantique Nord. Le HMS Hunter, un navire britannique, rentre au pays. Il a quitté les Bermudes trois semaines plus tôt, pour un périple jusque-là sans histoire. Dans la nuit, une terrible tempête s’abat, couchant le navire. Dans le livre de bord, le capitaine témoigne: «Nous avons affalé nos principales voiles […] Nous filons huit nœuds (près de 15 km/h, ndlr) […] J’ai ordonné au charpentier de percer trois trous dans le pont des canons pour laisser l’eau s’écouler dans la cale et pouvoir la pomper…» Le lendemain, la dépression déferle sur la Grande-Bretagne, avant de mourir deux jours plus tard sur les Pays-Bas.

«La voilure, le vent, la vitesse du navire, sont des indices précieux», raconte Dennis Wheeler, de l’Université britannique de Sunderland. L’an dernier, avec des collègues américains et espagnols, il a reconstitué le trajet de cette tempête jusqu’à ses origines, un cyclone qui avait balayé les Antilles onze jours avant l’Europe. Car depuis dix ans, il épluche les livres de bord de 1650 à 1850 pour en extraire les informations météorologiques. A cette époque, faute d’instruments, les capitaines consignaient avec minutie toute information sur la marche de leur navire, l’état de la mer et les vents: la vie des équipages en dépendait!

«Ce travail dans les livres de bord n’est pas si nouveau, observe David Gallego Puyol, de l’Université Pablo de Olavide, à Séville. Les amirautés tentaient de percer les secrets des vents. En maîtrisant la météo à l’échelle du globe, elles espéraient gagner la suprématie maritime.» Par la suite, des historiens ont apporté une pierre météorologique au récit des grandes batailles navales. Depuis 2000, les travaux isolés ont cédé la place à un effort concerté, notamment sous l’impulsion de l’Union européenne.

Et depuis 2003, grâce aux livres de bord de quatre grandes puissances maritimes (Espagne, France, Grande-Bretagne, Pays-Bas), les chercheurs disposent d’un
dictionnaire météorologique multilingue
 1. «Les marins utilisaient une sorte d’échelle de Beaufort, spécifique à chaque pays, résume David Gallego Puyol. Mais en Espagne, par exemple, il y avait plus de 800 termes pour décrire le vent!»

Fort de l’ouvrage, qui a permis de relier le vocabulaire de l’époque à l’échelle imaginée en 1805 par l’amiral britannique Francis Beaufort, le vrai travail a pu commencer. «Il y a cent vingt mille livres de bord rien que dans les archives britanniques, prévient Wheeler. Trois cent mille observations ont été décryptées à ce jour. Pour la période 1650-1950, il y en a plus de deux millions.» Les autres puissances maritimes détiennent des dizaines de milliers de manuscrits, sans compter les archives des phares. Il faudra des décennies.

Que peut-on espérer de ce travail de fourmi? «Les temps de parcours des navires vers l’Amérique renseignent sur les alizés», justifie Valérie Masson-Delmotte, paléo-climatologue au Commissariat français à l’énergie atomique, pour qui ces recherches historiques sont «un complément précieux de l’analyse physico-chimique des archives climatiques naturelles. Dans l’océan Indien, on apprendra sur la mousson. Et dans le Pacifique, on espère suivre les cycles d’El Niño.» Cet océan, resté à l’écart des principales routes maritimes, serait presque un paria, si sa variabilité climatique n’était liée à son voisin l’océan Indien. «De plus, il y a des archives de la marine chilienne, à partir de 1850. Une vraie mine d’or pour le Pacifique», se réjouit l’historien Christian Pfister, de l’Université de Berne, l’un des premiers à s’être penché sur les archives historiques du climat européen. Son collègue français, Emmanuel Garnier 2, a démarré un travail similaire il y a quatre ans, qui s’appuie aussi sur les archives maritimes. Il tente notamment de relier les observations en mer aux relevés terrestres, pour retracer, par exemple, la route des ouragans à travers le continent européen.

Paradoxalement, les chercheurs n’attendent rien de spectaculaire en termes de phénomènes extrêmes océaniques, et pour cause: «Peu de navires ont survécu aux cyclones», souligne David Gallego Puyol. Alors, les chercheurs placent méticuleusement dépressions et anticyclones sur des cartes pour explorer les cycles climatiques. «Nous suivons, par exemple, les caractéristiques des vents d’ouest sur l’Atlantique Nord, détaille Dennis Wheeler. Nous devrions à terme disposer de séries presque quotidiennes de 1685 à nos jours!» De quoi compléter quatre siècles de révélations sur l’oscillation climatique nord-atlantique, quand les chercheurs peinent à franchir le milieu du XIXe siècle, qui marque l’apparition des instruments météorologiques.

Tandis que certains décryptent l’écriture des courageux capitaines du XVIIe, d’autres scrutent un passé plus récent, tel Rob Allan, du Met Office britannique. Responsable d’un projet international, il compile les relevés instrumentaux – température et pression – des navires depuis 1850, pour enrichir les mesures terrestres. «Nous essayons de reconstruire la circulation atmosphérique au-dessus de l’ensemble du globe, jour par jour, sur les deux derniers siècles, pour faire de la prévision a posteriori et améliorer les modèles climatiques», souligne le chercheur. Avec les périodes pré et post-instrumentales, les climatologues disposeraient enfin d’une pièce maîtresse du puzzle climatique passé qui leur fait défaut. Ne l’oublions pas, les océans couvrent les deux tiers du globe!

1.
www.ucm.es/info/cliwoc/ Dictionary_text.pdf
2. «Les dérangements du temps», Editions Plon, Paris, janvier 2010.

Denis Delbecq
CLIMATOLOGIE
Le Temps
24 avril 2010

Bien à vous,

Morgane BRAVO

*Engagement du Maroc à préserver l'environnement...*

***Journée de la Terre,
Engagement du Maroc à préserver l'environnement :

La célébration par la ville de Rabat du 40e anniversaire de la Journée de la Terre constitue l'occasion de réitérer l'engagement du Maroc en faveur de la préservation de l'environnement et du développement durable.

En effet, le Maroc s'est engagé sous le règne de S.M. le Roi Mohammed VI dans une démarche environnementale volontariste dans tous les secteurs à travers notamment l'adoption d'une approche partenariale associant tous les acteurs économiques et sociaux et une approche pragmatique avec des programmes ambitieux et réalistes.

L'environnement placé au cœur de tout projet de développement
Ainsi et conformément aux vœux réitérés par le Souverain à plusieurs occasions et en particulier dans le discours du Trône du 30 juillet 2009, le gouvernement marocain a placé la question de l'environnement au cœur de tout projet de développement.

Tous les projets de développement sectoriels s'inscrivent dans une stratégie environnementale de long terme qui vise la protection des ressources et des écosystèmes, le suivi de l'état de l'environnement au niveau des régions, l'amélioration du cadre de vie des citoyens et la mise en œuvre de plans opérationnels d'adaptation et d'atténuation relatifs au changement climatique.

C'est dans cet esprit que s'inscrivent les sept projets présentés, jeudi à Rabat, lors de la cérémonie de célébration de la Journée de la Terre et du développement durable, présidée par LL. AA. RR. le Prince Moulay Rachid et la Princesse Lalla Hasna, présidente de la Fondation Mohammed VI pour la protection de l'environnement.

Des projets illustrant l'engagement écologique
Le premier projet qui concerne le programme de généralisation Eco-Ecole a pour objectif de faire de l'éducation le soubassement de toute politique de développement durable, à travers la promotion du droit à l'environnement, le développement des capacités des citoyens pour l'exercice des devoirs environnementaux et l'implémentation de programmes de sensibilisation et d'éducation au développement durable.

Le deuxième projet concerne l'éradication progressive des sacs en plastique, avec pour objectif l'élimination progressive de ces sacs du paysage marocain, la promotion de solutions alternatives aux sacs et sachets en plastique non respectueux de l'environnement et la mise en place d'un cadre juridique approprié.

Le troisième projet est relatif à la préservation des écosystèmes marins côtiers par l'utilisation de récifs artificiels et vise la reconstitution et la réhabilitation des habitats marins dégradés, la préservation et le renforcement de la biodiversité marine, l'amélioration des revenus des communautés des pêcheurs artisanaux et l'exploitation rationnelle des ressources biologiques.

Deux projets de lutte contre la désertification dans les régions de Chaouia Ouardigha et Laâyoune ont été également présentés à cette occasion. Ils visent la réhabilitation des espaces forestiers et pastoraux, l'aménagement des bassins versants pour la lutte contre l'érosion hydrique et la conservation des sols et le développement des plantations forestières dans les espaces agricoles et urbains.

Ils ont aussi pour objectif la protection des infrastructures contre l'ensablement, la reconstitution des formations naturelles à base d'acacias sahariens et la création de ceintures vertes et espaces récréatifs autour de la ville de Laâyoune.

Quant au 6e projet, il concerne la mise en valeur piscicole des retenues de barrages et vise la lutte biologique contre l'eutrophisation des barrages (développement excessif des algues), la rupture du cycle biologique des insectes vecteurs de maladies, l'amélioration de la biodiversité aquatique, de la productivité piscicole et de la pêche sportive et commerciale.

Le dernier projet porte sur la production d'énergie par valorisation du gaz de la décharge d'El Oulja qui a pour objectif la dépollution de la vallée du Bouregreg et le développement de la technologie du biogaz pour le traitement des déchets solides et des eaux résiduaires.

Les projets présentés ont été choisis parmi un grand nombre d'autres initiatives entreprises à travers tout le territoire national, parce qu'ils synthétisent l'essence de la vision globale et intégrée que S.M. le Roi Mohammed VI, que Dieu L'Assiste, donne au concept du développement durable et de la préservation de l'environnement, a indiqué la ministre de l'Energie, des Mines, de l'Eau et de l'Environnement, Amina Benkhadra qui présentaient ces projets devant LL. AA. RR le Prince Moulay Rachid et la Princesse Lalla Hasna.


Des conventions témoignant de l'engagement en faveur de l'environnement
La célébration de la journée de la terre a été aussi marquée par la cérémonie de signature de cinq conventions, présidée par LL. AA. RR. le Prince Moulay Rachid et la Princesse Lalla Hasna, des conventions qui témoignent de l'engagement du Maroc à œuvrer pour le respect et la préservation de l'environnement en tant que levier de développement.

Il s'agit d'une convention de partenariat pour la généralisation du programme Eco-écoles, de trois conventions sur l'élimination progressive de l'utilisation des sacs en plastique et la promotion des produits de substitution, et d'une autre sur la production d'énergie par valorisation du gaz de la décharge d'El Oulja.

La ville de Rabat avait été choisie comme «Ville Première» par l'organisation américaine «Earth Day Network» pour célébrer le 40ème anniversaire de la Journée de la Terre.

Le choix de la capitale du Royaume n'était pas dû au hasard, il s'explique par l'intérêt porté aux questions environnementales au Maroc et l'engagement de toutes les composantes de la société marocaine en faveur du développement durable, d'autant plus qu'avec ses espaces verts, Rabat compte un ratio de 20 m2 d'espace vert pour chaque citoyen, soit le double de la moyenne internationale requise.

Par MAP
Le Matin
24.04.2010

Bien à vous,

Morgane BRAVO

*Les déperditions de chaleur vues du ciel...*

***Grand Paris Seine Ouest ainsi que Colombes et Courbevoie viennent de faire réaliser une cartographie thermique de leur territoire.

Les Hauts-de-Seine vus du ciel, mais avec une caméra thermique. Le résultat est moins esthétique mais tout aussi utile à l’environnement que les clichés d’Arthus-Bertrand. Actuellement, des spécialistes et des ingénieurs de plusieurs villes du département sont en train d’analyser le résultat de la cartographie thermique commandée à la société ITC (Infrarouge Technologie Contrôle).

Depuis le début de l’année, ce bureau d’études spécialisé a organisé le survol de Courbevoie, Colombes et de la communauté d’agglomération Grand Paris Seine Ouest (GPSO), centrée autour de Boulogne-Billancourt et d’Issy-les-Moulineaux. Au bout du compte, quelque 548 000 habitants, près de la moitié de la population des Hauts-de-Seine, ont ainsi été survolés par un bimoteur Cessna bardé d’électronique.
L’appareil affrété par ITC a longuement photographié de nuit la moindre parcelle d’espace habité. Le résultat : des clichés qui montrent avec un contour un peu hésitant des zones colorées de jaune à rouge en fonction de la chaleur dégagée.

Il faut ensuite éplucher cette colossale masse de données bâtiment par bâtiment. Ces images permettent d’établir une carte des déperditions de chaleur en pleine nuit et donc d’identifier les problèmes d’isolation. « Le but global est de faire baisser les émanations de gaz à effet de serre. En améliorant l’isolation, les gens ont moins besoin de chauffer. Chacun aura accès aux données concernant son logement », insiste Bernard Gauducheau, maire NC de Vanves et vice-président de GPSO. L’étude menée sur cette communauté d’agglomération de quelque 300 000 âmes sera mise en ligne à la rentrée, mais pas de manière trop précise. Une précaution censée éviter que des entrepreneurs avides, spécialisés dans les travaux d’isolation, ne se jettent sur les particuliers après avoir consulté le site. Les particuliers pourront découvrir les détails de l’étude, mais seulement après avoir pris rendez-vous avec les services de GPSO ou de leur ville. Chacun décidera éventuellement alors de réaliser des travaux à son domicile : pose de double vitrage, installation d’une toiture végétale, etc. avec des aides financières bien sûr. Courbevoie devrait présenter ses résultats d’ici à l’été et Colombes le fera mi-juin à l’occasion de la Fête de la cerise.

« Ce marché a vraiment émergé il y a deux ou trois ans, analyse Stéphane Gouttebessis, le directeur d’ITC. L’hiver 2009-2010 était idéal. Cette technologie impose des conditions de vol très strictes. Il faut un temps froid, sec, une nuit claire et donc que les gens soient à leur domicile et allument le chauffage. » L’opération menée au-dessus de GPSO a duré près de trois heures. « Les clichés sont très précis, assure Stéphane Gouttebessis. On a une résolution de l’ordre de 50 cm. En clair, on ne rate pas le moindre Velux. » Paris, Longjumeau (Essonne) ou encore Nogent (Val-de-Marne) ont déjà fait réaliser ce genre de cartes.

Le Parisien

Bien à vous,

Morgane BRAVO

samedi 24 avril 2010

*Climat: le premier débat...*



***A SUIVRE...!

Bien à vous,

Morgane BRAVO

*L'énergie solaire dans les Alpes-de-Haute-Provence*



***A LA UNE
LES PIEDS SUR TERRE

Dans ce nouveau numéro, Les Pieds sur Terre vous emmène dans les Alpes de Haute Provence, un des départements les plus écolo de France. C'est ici que se développe une des énergies vertes les plus à la mode, le photovoltaïque. Imaginez, des milliers d'euros de revenus par an tout en produisant une énergie propre. C'est aujourd'hui possible grâce aux panneaux solaires installés sur le toit de votre maison. Alors le solaire comment ça marche, quelles sont les arnaques à éviter ? Pourquoi l'Etat se lance-t-il à son tour dans la filière ? Réponse dans ce nouveau numéro des Pieds sur Terre...
19/04/2010

Bien à vous,

Morgane BRAVO

*DD : l'armée américaine tente de réduire son empreinte écologique*

***Développement durable : l'armée américaine tente de réduire son empreinte écologique.

États-Unis – Pour diminuer sensiblement son empreinte écologique, l'armée américaine a adopté un plan prévoyant notamment la mise en place de systèmes de purification d'eau fonctionnant à l'énergie solaire, ou l'utilisation de biocarburant pour les avions de chasse.

Le département de la Défense est le premier consommateur de carburant au monde, représentant 80% de la consommation d'énergie du gouvernement américain. D'après un rapport publié par le Pew Research Center, l'énergie que consomme le département est principalement issue des hydrocarbures.

Mais la donne devrait désormais changer, grâce au plan de réduction des émissions de carbone provenant de tous les corps de l'armée. L'armée de Terre et l'armée de l'Air se sont en effet dotées de plusieurs bases fonctionnant en partie à l'énergie solaire. L'une d'entre elles, celle de Fort Irwin en Californie, s'est vu fixer pour objectif de cesser, dans les dix prochaines années, de tirer son énergie du réseau électrique.

La Marine, de son côté, s'est fixée pour but de remplacer d'ici 2020 la moitié de son fuel utilisé sur terre et sur mer. C'est dans ce cadre que sera prochainement testé un "Hornet vert", un avion de combat F18 fonctionnant avec un mélange de cameline, une plante de la famille de la moutarde, et de kérosène. "Contrairement à la première génération de carburant à l'éthanol de maïs, la cameline est une plante que l'on peut cultiver alternativement avec autre chose comme du blé, sans mettre le sol en jachère", a souligné Ray Mabus, le secrétaire à la Marine.

En 2012, ce sont des bateaux et des sous-marins fonctionnant au biocarburant qui devraient être testés pour devenir opérationnels en 2016. Quant au corps des Marines, qui travaille avec l'armée de Terre, il utilise dans ses structures temporaires installées en Irak des mousses isolantes qui devraient permettre de réduire la consommation d'énergie de 75%.

Ces innovations visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre de l'armée sont saluées par Phyllis Cuttino, directrice du programme climat et énergie à l'institut de recherche Pew. Elle appelle en effet les législateurs américains à soutenir ce projet en adoptant une loi sur la lutte contre le changement climatique. "Cette législation devrait instaurer un prix du carbone, investir dans l'innovation et aider à déployer les énergies renouvelables" souligne-t-elle.

MaxiSciences
24 avril 2010

Bien à vous,

Morgane BRAVO

jeudi 22 avril 2010

*President Obama on 40th Anniversary of Earth Day...*



***22 avril 2010 — The President takes time to speak about 40 years of Earth Day a bright moment in our nations history and a milestone in the ongoing fight to protect our environment...

Bien à vous,

Morgane BRAVO

*Earth Day is really about humanity...Al Gore*

***Dear Friend,

Despite the name, Earth Day is really about humanity.

Our planet has existed for billions of years and will continue to exist, no matter how much oil and coal we burn, no matter how much carbon pollution we dump into our atmosphere.

It's the survival of human civilization as we know it that's uncertain. Human consumption of fossil fuels threatens the conditions that we require to live on Earth -- conditions that only occur thanks to a carefully balanced set of circumstances so delicate and rare that they are now shockingly vulnerable to the impact of our newly powerful civilization. These conditions can change, and our actions on this planet are changing them every day. That is a scientific fact that no amount of political rhetoric can alter.

Taking on climate change is a huge challenge -- for America and the world. But the solutions are within our reach. We have the technology. We know the way forward. Now we have to get started on a scale that will matter.

As with so many global crises, the world is looking to America for leadership. In this case, leadership means action from the United States Congress -- and I am pleased to say that we are far closer than we have ever been. Since Earth Day last year, a landmark clean energy and climate bill has passed the House of Representatives, and as I write this, key Senators are reaching across the aisle to finish the job.

If the Senate steps up and passes strong legislation, success will be within reach.

But the forces of opposition are very powerful. And if we did nothing, we would fail - by falling prey to the cynicism of corporate lobbyists and the misinformation of self-serving politicians and pundits whose blatant disregard for scientific fact endangers us all.

So this Earth Day, I ask all of you to join together to take action to address climate change. Call your Senator at the number below and tell him or her to support comprehensive clean energy and climate legislation.

Just call our toll-free Repower America hotline at 1-877-55-REPOWER (1-877-557-3769), and enter your zip code. You'll be connected to one of your Senators. When you've finished your call, click here to report it.

Over the past 40 years, Earth Day has helped strengthen our awareness, sense of urgency and will to preserve the environment we rely on. It has served as a national reminder to reduce pollution, celebrate nature and make our air and water cleaner.

But today our task is even greater. Beyond careful stewardship of our natural resources, we must act to prevent a potential global catastrophe of unprecedented magnitude. We must aggressively respond to the threat of global climate change.

We created this crisis -- and we can solve it. That starts with strong action from Congress. This is a fight that we must not lose -- for the sake of every human being on the planet and for the generations to come.

Remember, Earth Day is about people -- and our future on this planet.

*************
Today, on the 40th anniversary of Earth Day, the world is looking to the U.S. for leadership on climate. Call your Senator to tell him or her to fight for the strongest possible clean energy and climate legislation.

Call now: 1-877-55-REPOWER
(1-877-557-3769)

And then report your call here.
**************

Thank you,

Al Gore
Founder
The Climate Protection Action Fund

Bien à vous,

Morgane BRAVO

*Les "TIC durables" : Un nouveau défi pour l'Union européenne ?*

***Du haut de leurs 12 millions d’emplois, les télécommunications sont un secteur stratégique de l’économie européenne. Face au géant américain et aux ambitions chinoises, l’Europe doit pour se distinguer, apporter sa plus-value au secteur. Les "TIC durables" semblent remporter la mise. Les "TIC durables" ou les écotechniques de l’information et de la communication s’attachent à diminuer l’empreinte environnementale des TIC de leur mise sur le marché à leur destruction.

L’enjeu est à la fois environnemental et économique. Les TIC sont de plus en plus gourmands en énergie. Il s’agit désormais de réduire leur coût tout en augmentant leur performance. Les économies d’énergie sont devenues la préoccupation première des constructeurs informatiques.

Cette réduction des dépenses a pris le pas sur la loi de Moore. Cette règle résumait l’évolution informatique au doublement tous les deux ans, du nombre de transistors des microprocesseurs. Aujourd’hui la plus-value des constructeurs sur leurs concurrents ne se situe plus seulement au niveau de la puissance des machines, mais sur une combinaison alliant puissance et réduction des coûts énergétiques. Cette préoccupation est partagée par les ménages qui souhaitent réduire leurs factures, par les entreprises qui espèrent ainsi améliorer leur image au nom de leur « responsabilité sociétale » et enfin par les administrations et collectivités locales soucieuses d’appliquer l’agenda 21.

D’après le rapport "Développement Eco-responsable et TIC (DETIC)" du Conseil Général de l’industrie, de l’énergie et des Technologies[1] : "la consommation des TIC atteint un ordre de grandeur de 13% de la consommation électrique française et croît environ de 10% par an". Le constat est à peu près semblable chez nos voisins européens.

Les TIC durables semblent destinés à un avenir prometteur. Récemment Peugeot s’est rapproché du réseau social facebook, afin que ses clients puissent payer et réserver un véhicule à distance en auto-partage. Le recours à facebook pour encourager le covoiturage donne une image éco-responsable au groupe. Les émissions de gaz à effet de serre peuvent être également réduites grâce à l’utilisation de logiciel intelligent. Une entreprise grenobloise a par exemple équipé des conteneurs à déchets de capteurs autonomes. Ces derniers envoient par ondes radio leur niveau de remplissage. Le logiciel de l’entreprise enregistre les informations émises par les capteurs et adapte la fréquence des tournées de relevage en conséquence. Ceci permet de diminuer le nombre de déplacements inutiles et ainsi réduire les émissions de CO2.

Ces innovations dans le secteur des TIC ne se feront pas sans politiques incitatives. Au-delà des programmes de financement de projets innovants, il s’agit d’encourager les entreprises européennes à adopter un comportent éco-responsable en créant des éco-comparateurs technologiques afin que le consommateur soit à même de choisir les produits les plus respectueux de l’environnement. Nouvelles technologies et développement durable ne doivent plus être des expressions antonymes.


[1] Rapport « Développement Eco-responsable et TIC (DETIC)», Ministère de l’économie de l’industrie et de l’emploi, septembre 2009.

Marine Dubost
Europe et Entreprises
Avril 2010

Bien à vous,

Morgane BRAVO

*Les entreprises locales sollicitées pour financer un sommet sur l’environnement*

***Plus d’une centaine de militants écologistes ont donné hier une conférence de presse pour demander aux entreprises locales de sponsoriser la seconde Conférence Asie-Pacifique sur les réseaux verts et qui doit avoir lieu à Taipei, du 30 avril au 2 mai.

« Plusieurs grands groupes de la pétrochimie, de l’acier et de la finance ont accepté de sponsoriser la conférence mais nous avons toutefois eu des difficultés à solliciter les entreprises travaillant dans le secteur de l’électronique et des énergies vertes », a déclaré Pan Han-shen, le porte-parole du Parti écologiste de Taiwan. Il a également souligné que cette conférence sur le changement climatique était l’une des plus importantes en Asie et que c’était la première fois que Taiwan accueillait un événement impliquant une coopération internationale en matière de changement climatique.
Apisai Ielemia, le Premier ministre de Tuvalu, aurait ainsi dû annuler sa présence à la conférence si le ministère des Affaires étrangères à Taipei n’avait pas décidé d’intervenir sur le plan financier. Apisai Ielemia avait prononcé un discours très remarqué, l’année dernière, au sommet de Copenhague, où il avait expliqué que son pays pourrait disparaître sous les flots avec la montée du niveau des océans.

« Je suis persuadé que la conférence sera d’une aide précieuse pour nous aider à comprendre que la protection environnementale implique aussi la préservation d’un environnement économique et social, une idée qui est aujourd’hui très largement répandue dans le monde », a déclaré Robin Winkler, un militant écologiste d’origine américaine mais titulaire de la nationalité taiwanaise.
Miriam Solomon, en charge des affaires internationales au Parti vert d’Australie, a aussi abondé dans le sens de Robin Winkler : « Lorsque des individus d’horizons et de différents pays se réunissent, il est surprenant de constater à quel point les luttes et les difficultés sont communes. Si nous nous réunissons pour encourager chacun à dire la vérité, nous serons plus forts. »

Taiwaninfo
22 avril 2010

Bien à vous,

Morgane BRAVO

*Le CERN et l’Environnement...*

***European Organization for Nuclear Research :

Dans le cadre de sa politique environnementale, le CERN s’engage à minimiser l’impact sur l’environnement des nombreuses activités accomplies pour mener à bien ses recherches.

Le CERN…

Assure le niveau de sécurité et de protection de l’environnement spécifié par les directives et standards européens.
Contrôle les paramètres qui pourraient révéler tout impact sur l’environnement, comme ceux relatifs aux émissions atmosphériques, aux effluents, aux rayonnements, à la consommation d’électricité et aux déchets.
Améliore de manière continue les performances liées à l’environnement au travers d’un Système de gestion de l’environnement.
Informe les Etats Hôtes, la France et la Suisse, ainsi que le public des résultats du programme de contrôle environnemental.

**Le CERN reçoit un label pour l'environnement

Plusieurs centaines de plants d'orchidée abeille (Ophrys apifera) fleurissent chaque année au CERN.

La Fondation Suisse Nature & Economie a décerné son label environnemental au CERN1, le 9 juin 2009, pour les aménagements de son site de Meyrin. Le label « Nature et économie » récompense les entreprises qui contribuent à la diversité biologique. Au moins 30% des terrains entourant les bâtiments doivent être aménagés de façon naturelle.

Les installations de recherche du CERN à Meyrin sont entourées d’espaces verts occupant 38% des 80 hectares du site. Ces espaces comptent en particulier des zones florales naturelles où des espèces rares de fleurs se sont développées au fil des années. Entre 1000 et 3000 plants d’orchidées, de 19 espèces, fleurissent ainsi chaque année sur ces zones. En particulier, plusieurs centaines de plants d’« Ophrys Apifera », l’orchidée abeille, une espèce d’orchidée rare et protégée, y poussent.

Outre son site principal de Meyrin, à cheval sur la frontière franco-suisse près de Genève, les installations du CERN occupent plusieurs autres sites principalement en France dans le Pays de Gex, dont le site de Prévessin (Ain). Au total, les sites du CERN couvrent plus de 200 hectares de surface.

Le CERN privilégie un entretien naturel des espaces verts, en évitant le recours aux produits phytosanitaires. Les sites du CERN comptent aussi plusieurs pâturages à moutons. Les ovidés assurent l’entretien de ces espaces tout en apportant une touche bucolique aux abords des halls industriels.

Le CERN poursuit des missions de recherche fondamentale, de développement de nouvelles technologies, d’éducation et de coopération internationale, mais l’environnement tient une place importante dans ses projets d’aménagements. Un nouveau bâtiment en cours de construction pour accueillir les physiciens sera par exemple doté d’un toit de verdure. Une campagne de replantage d’arbres sur le site – des espèces indigènes - est par ailleurs programmée pour l’année prochaine.

Le CERN entretient en outre un grand parc de bicyclettes, mis gratuitement à disposition de ses utilisateurs. 500 bicyclettes composent ainsi cette flotte, l’une des plus grandes de Suisse parmi les entreprises et les organisations.

CERN

Bien à vous,

Morgane BRAVO

*Inauguración del Parque Ecológico Jaguaroundi...*



***Jaguaroundi será, estoy seguro, un símbolo de la biodiversidad y la belleza que caracterizan el patrimonio natural de nuestro país.

Me alegra que estemos reunidos en un área natural protegida, que pertenece a Petróleos Mexicanos, con un objetivo común, que es preservar nuestro medio ambiente y defender al planeta.
21 avril 2010

Bien à vous,

Morgane BRAVO

mercredi 21 avril 2010

*Tout comprendre... : cendres d'Eyjafjallajökull*



***Tout comprendre aux cendres d'Eyjafjallajökull :

Le vulcanologue Edouard Kaminski, directeur-adjoint de l'Institut de Physique du Globe, détaille, en images, tout ce qu'il faut savoir sur les cendres...

Bien à vous,

Morgane BRAVO

mardi 20 avril 2010

*Pluriel développement durable...*









Bien à vous,

Morgane BRAVO

*Jean-Vincent Placé, invité de Renaud Blanc...*



***Jean-Vincent Placé, président du groupe des élus Verts au conseil régional d’IDF, était l'invité de Renaud Blanc et s'est exprimé à propos de la réforme des retraites et de la candidature des Verts en 2012, à 8h30 sur Radio Classique.

A propos des retraites :

« La marge de manœuvre est étroite à partir du moment où on est dans la pensée unique "j'augmente les cotisations et je réduis les pensions". On veut nous enfermer dans ce débat. La réalité est qu'il y a de l'argent pour ce pays (…). Sur la possibilité légale de partir et de toucher une pension, ça doit rester à 60 ans (…). C'est l'âge pour partir, il y a quand même des gens qui ont commencé à travailler à partir de 18 ans dans la génération passée et qui veulent à 60 ans partir (…). Il faut à la fois avoir une vision ferme dans les principes et une vision souple dans l'application. »

A propos de la candidature des Verts en 2012 :

« Je souhaite qu'à la fin de l'année nous décidions avec l'ensemble des écologistes d'avoir une stratégie claire pour 2012. Moi ma stratégie pour 2012, elle est claire, c'est un candidat ou une candidate à l'élection présidentielle pour porter nos valeurs, une candidature de projet qui soit là pour faire gagner la gauche et les écologistes (…). Je pense qu'aujourd'hui l'urgence écologique est telle que personne ne comprendrait qu'on puisse se diviser (…). Il faut le respect, l'unité, le rassemblement, le partage (…) et il faut que l'on applique à nous-mêmes les principes que nous essayons de défendre dans la société. »

Bien à vous,

Morgane BRAVO

*6e Conférence européenne des villes durables...Dunkerque*


***La conférence :

La Communauté urbaine de Dunkerque, son président Michel Delebarre, ainsi que la Campagne Européenne des Villes Durables (ESCT) ont le plaisir de vous inviter à Dunkerque, France, du 19 au 21 mai 2010. La 6ème Conférence Européenne des Villes Durables y accueillera les délégations de votre commune, municipalité ou région,
Dunkerque 2010 examinera comment le développement durable peut aider les autorités locales à affronter les défis économiques, sociaux et climatiques actuels et comment sa mise en œuvre peut être poussée davantage dans le contexte de crise actuel. La conférence rassemblera des acteurs clés afin d’identifier les changements nécessaires à nos cadres politiques et examinera comment les différents secteurs peuvent coopérer pour pousser davantage le développement durable en Europe. Cette conférence est la plus grande en Europe à traiter du changement climatique après Copenhague 2009 (COP – 15) et elle offrira aux autorités locales une occasion unique de se positionner en tant que partenaires engagés et leaders pour les solutions innovatrices et la réduction des émissions. L’acte final de Dunkerque 2010 comportera un message politique à l’Europe et au monde entier sur le climat et le développement durable local en général.

La plus grande conférence européenne dédiée au développement durable local
Après le succès des conférences d’Aalborg 1994, de Lisbonne 1996, d’Hanovre 2000, d’Aalborg 2004 et de Seville 2007, plus de 1500 dirigeants d’autorités locales de toute l’Europe, ainsi que des représentants de réseaux européens et nationaux de gouvernements locaux, d’institutions européennes d’organisations internationales, d'entreprises, d'ONGs et d'institutions de recherche sont attendus à l’occasion de la plus grande conférence européenne dédiée au développement durable local.

*Après l’heure des bilans, il s’agira en effet de regarder vers l’avenir. Cette première escale française de la Conférence européenne des villes durables permettra ainsi de recenser les différents leviers à la base des stratégies locales de développement durable.

Les conclusions de cette réflexion politique et stratégique alimenteront une "Déclaration de Dunkerque", document de référence qui sera porté par les représentants des villes européennes lors du prochain Sommet sur le climat à Mexico en décembre prochain.

Pour plus d’informations sur les objectifs de cette conférence et sur les sujets qui seront traités, nous vous invitons à consulter la section programme:
http://www.dunkerque2010.org/fr/le-programme/index.html

***Decision -/CP.15 :
http://unfccc.int/files/meetings/cop_15/application/pdf/cop15_cph_auv.pdf

Bien à vous,

Morgane BRAVO

lundi 19 avril 2010

*ENTRETIEN AVEC HUBERT REEVES...*



***ENTRETIEN AVEC HUBERT REEVES
Remonter le temps. Observer, étudier les Galaxies. Le Big Bang.
Répondre aux questions...

Bien à vous,

Morgane BRAVO

*TRINH XUAN THUAN : Un Regard sur l'Univers ...*





***TRINH XUAN THUAN. Un Regard sur l'Univers :

L'astrophysicien Trinh Xuan Thuan raconte, avec une étonnante simplicité,
la grande épopée de l'Univers, de sa naissance jusqu'à l'émergence de la vie.

Sa vision personnelle de lUnivers, son regard, enrichi au contact de la pensée Bouddhiste, jette un éclairage sur la frontière mystérieuse qui sépare la Religion de la Science.

Bien à vous,

Morgane BRAVO

***Volcanic ash crisis ...***

















Bien à vous,

Morgane BRAVO

samedi 17 avril 2010

*Une "vaporisation violente" provoquée par la rencontre entre le feu et la glace...*

***Le panache venu d'Islande n'est ni le premier ni le dernier : l'île compte 130 volcans actifs qui, à intervalles irréguliers, vomissent lave et torrents de boue et expulsent dans l'atmosphère des nuages de poussières. Le volcan Eyjafjöll, qui sème actuellement le chaos dans le transport aérien en Europe, s'était réveillé le 20 mars, se contentant d'abord d'écoulements latéraux, avant l'entrée en phase explosive, mercredi 14 avril.

Comment va-t-il évoluer ? "Je ne suis pas sûr d'avoir toutes les réponses", admet le volcanologue islandais Freysteinn Sigmundsson, actuellement en visite à l'Institut de physique du globe de Paris (IPGP). Passage en revue des questions posées par Eyjafjöll.

Pourquoi ce volcan s'est-il réveillé ? Cela fait seize ans que l'éruption couvait. "Depuis 1994, les sismographes et les balises GPS ont décelé la montée du magma par crises successives, explique Patrick Allard, directeur de recherche au CNRS et volcanologue à l'IPGP. Le réservoir s'est graduellement mis en pression."

Pour comprendre le phénomène, il convient de rappeler que l'Islande n'est que la partie émergée d'une chaîne volcanique qui coupe l'Atlantique du nord au sud. Située sur cette dorsale, l'Islande a aussi la particularité de se trouver à l'aplomb d'un "point chaud", une sorte de chalumeau géologique dont les racines se situent à 700 ou 800 km de profondeur. L'île est d'ailleurs le produit du magma expulsé jusqu'à la surface. L'éruption actuelle n'est qu'une manifestation mineure de cette activité. "C'est une petite éruption, qui a produit moins de 100 millions de m3 de matières, estime M. Sigmundsson. Si c'est une catastrophe, c'est pour des raisons météorologiques, à cause des vents actuellement tournés vers l'Europe."

Pourquoi le volcan est-il passé soudain en mode "explosif" ? "En partie parce qu'il s'est mis à émettre un magma évolué, plus visqueux que le basalt fondu produit le 20 mars", répond M. Allard. Mais aussi parce que ce magma est entré en contact avec le glacier qui recouvre le volcan. La différence de température de 1 100 °C entre le feu et la glace engendre une "vaporisation violente". Le panache qui en résulte est composé de poussières de silice (les cendres) allant de quelques millimètres à quelques microns, mais aussi des aérosols, particules en suspension dans lesquelles divers gaz et composés peuvent se combiner pour former des acides.

C'est notamment le cas du fluor, dont les retombées sont redoutées depuis qu'en 1783 l'éruption du Laki en avait inondé l'Islande, tuant le bétail par empoisonnement, mais aussi 3 000 Islandais, victimes de la famine. Les poussières avaient induit en Europe un petit hiver climatique dont certains estiment qu'il a joué un rôle dans la Révolution française.

Combien de temps l'émission du panache peut-elle durer ? Il est probable que l'émission de poussières sera moins abondante lorsque les 200 à 300 mètres de glace qui couronnent le volcan auront fondu. "Il est encore difficile d'évaluer à quel rythme cela va diminuer, indique M. Sigmundsson. Mais nous allons assister à au moins quelques jours d'une telle activité." Au-delà, le volcan pourrait rester actif plusieurs mois, "voire un an et demi, comme lors de sa dernière éruption", en 1821, note le volcanologue islandais.

Doit-on redouter une contagion à d'autres volcans ? Sur les trois éruptions historiques du Eyjafjöll, en 920, 1612 et 1821, le volcan Katla, dix fois plus gros, s'était lui aussi réveillé de façon "plus ou moins synchrone", lors des deux dernières, indique M. Allard. Aussi les Islandais redoutent-ils une prochaine éruption. Le Katla, lui aussi couvert d'une calotte de glace, a par le passé produit d'énormes jökulhlaups, des débâcles glaciaires qui se traduisent par des crues de boue dévastatrices. Mais pour l'heure, "aucun signal ancien ou récent d'activité n'a été enregistré sur ce volcan", indique M. Allard.

Hervé Morin
Le Monde
18.04.10

***A SUIVRE...!

Morgane BRAVO

*F. Nicolas HULOT : Compléments d'informations... suspension de participation au Grenelle...*



***Compléments d'informations sur notre suspension de participation au Grenelle de l'environnement‏ :

Bonjour à toutes et à tous,

Nous tenons avant tout à vous remercier pour les multiples messages que vous avez pris la peine de partager sur notre blog ou sur notre espace Facebook en réaction à notre lettre ouverte. Nous nous réjouissons que notre décision soit partagée par la grande majorité d'entre vous. Vos très nombreux messages de soutien et vos témoignages nous ont profondément touchés et ont eu pour effet de remobiliser toute l'équipe de la Fondation dans ce moment délicat de son histoire. Vous avez également partagé de nombreux commentaires et posé des questions. Dans la mesure où il ne nous est pas possible de répondre personnellement à chacun d'entre vous, nous avons recensé une quinzaine de sujets plus récurrents pour lesquels vous trouverez des réponses ou des précisions sur notre site.

*SYNTHESE DES QUESTIONS ET TEMOIGNAGES FORMULES SUITE A NOTRE LETTRE OUVERTE

Retrouvez les réponses aux questions suivantes sur notre site.

Explications relatives à notre décision :

1. Je suis en accord avec votre décision. Bravo de l'avoir prise !
2. Que signifie concrètement suspendre votre participation aux groupes de travail du gouvernement ? Jusqu'à quand comptez-vous la suspendre ?
3. Pourquoi n'avez-vous pas consulté les signataires du Pacte avant de prendre votre décision ? Pourquoi n'avez-vous pas davantage engagé le dialogue avec les signataires du Pacte écologique ?
4. Vous avez été naïfs de croire les promesses des politiques.
5. Vous montrez du doigt le gouvernement actuel qui a pourtant beaucoup fait en matière d'environnement.
6. La politique de la chaise vide n'est pas très constructive. Le Grenelle de l'Environnement ce n'est pas que la taxe carbone. Il ne faut pas perdre courage et continuer d'agir.
Témoignages sur différents sujets
7. L'argent domine le monde, le système actuel ne fonctionne pas, tant que cela n'aura pas changé il sera impossible de répondre véritablement aux défis écologiques.
8. Les grands problèmes de la planète sont difficiles à envisager face aux urgences sociales.
9. Témoignages et commentaires sur les enjeux agricoles et sur la difficile situation des agriculteurs.
10. Commentaires sur l'abandon de la taxe carbone.
Je veux agir à titre personnel ou avec la Fondation
11. Continuez à proposer des actions de mobilisation, des manifestations, des pétitions, je suivrai votre action. Si vous organisez des groupes de travail, je souhaite y participer. Je veux dialoguer avec d'autres citoyens soutenant la Fondation ? Comment puis-je le faire ?
12. Un engagement politique de Nicolas Hulot est-il prévu ? Possible ? ou peut-être un rapprochement avec les partis écologistes lors des prochaines élections ?
13. Nous devons tous continuer à agir chacun à notre niveau en tant que consommateur et en sensibilisant autour de nous pour faire un effet boule de neige.
14. Pourquoi ne pas faire des appels au boycott ?
Et après...
15. Qu'allez-vous faire maintenant ?

*Voici les réponses et précisions qu’apporte la Fondation :

http://www.fondation-nicolas-hulot.org/faq/faq-reactions-la-lettre-ouverte

Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l'Homme


***LA SUITE :
http://ecologie-innovation-dd.ning.com

Bien à vous,

Morgane BRAVO

vendredi 16 avril 2010

*L'UE mise sur un tourisme durable et responsable...*


***Réunion informelle des ministres du Tourisme à Madrid.

Lors de leur première réunion suite à l'entrée en vigueur du Traité de Lisbonne, les ministres du Tourisme de l'UE ont adopté la « Déclaration de Madrid ». Ce document établit une série de recommandations à la Commission européenne pour la mise en œuvre d'une politique européenne de tourisme, pour la première fois dans l'histoire de l'UE.

Après s'être réjoui de l'inscription du tourisme au Traité de Lisbonne, le ministre espagnol de l'Industrie, du Tourisme et du Commerce, Miguel Sebastián, a indiqué qu'il était nécessaire de « passer des paroles aux actes » et que la Déclaration de Madrid constituait « un premier pas vers l'engagement de l'Union et de tous les États membres pour un secteur touristique durable, moderne et socialement responsable ».

« L'Union européenne mise sur le tourisme social », a souligné le ministre, pour qui ce secteur « doit être un bien à la portée de tous les citoyens, en particulier de ceux souffrant d'un handicap physique ou économique ».

Le vice-président de la Commission et commissaire à l'industrie et à l'entrepreneuriat, Antonio Tajani, a lui aussi repris cette idée et a affirmé que « nous travaillons pour faire de chaque citoyen européen un touriste ».

En outre, tous deux ont coïncidé sur le fait que le vieillissement de la population européenne permettra des politiques contribuant à la désaisonnalisation du secteur et au maintien des emplois touristiques en saison basse.

La déclaration met l'accent sur le rôle de l'innovation et des technologies de l'information et de la communication dans le maintien de la compétitivité des entreprises touristiques, majoritairement des PME, dans une économie mondialisée. À ce sujet, le commissaire M. Tajani s'est dit satisfait de « l'introduction pour la première fois du mot "tourisme" dans la stratégie 2020 de l'UE » et a indiqué que l'octroi de crédits aux PME sera l'un des thèmes abordés par la Commission lors d'une réunion à Bruxelles, le 9 mai prochain.
L'Europe en tant que marque touristique

Le travail commun en faveur de la promotion des destinations européennes sur les marchés étrangers est l'une des priorités de l'UE. Ceci passe par la « promotion de la marque Europe » à l'étranger, a déclaré M. Sebastián, à travers des campagnes d'image qui reposent sur le patrimoine culturel, historique et gastronomique des destinations européennes.

Et d'ajouter que cette action débouche sur le besoin d'une nouvelle politique des visas qui « n'étrangle pas la demande » en provenance des nouveaux pays émetteurs de touristes comme le sont surtout l'Inde, la Chine et la Russie.

Un autre thème abordé a aussi concerné l'avancée en matière de protection des consommateurs, par le biais d'une harmonisation des législations, et l'intégration du concept de durabilité dans tous les secteurs liés au tourisme (transports, traitement des déchets, gestion de l'eau, etc.).

La Présidence espagnole a présenté lors de cette réunion le projet Tourisme Senior Europe, une expérience pilote qui facilite les déplacements des citoyens européens vers des destinations espagnoles en Andalousie et aux Baléares, et qui sera prochainement étendu aux Canaries.

Selon le ministre, un total de 50 000 Européens provenant de 16 pays (Autriche, Belgique, Bulgarie, Danemark, France, Grèce, Hongrie, Irlande, Italie, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République tchèque, Roumanie, Slovaquie et Slovénie) a voyagé en Espagne à travers ce programme.

Pour sa part, le commissaire M. Tajani s'est dit convaincu que la Déclaration de Madrid constitue une contribution décisive à la « communication sur le nouveau cadre de la politique du tourisme de l'UE » que la Commission présentera au Conseil européen avant la fin de l'année.

UE
15-04-2010

Bien à vous,

Morgane BRAVO

*BREF APERCU : "Forum du Développement Durable" 2010...CCIP Hauts-de-Seine*




M. Michel Valache (élu de la CCIP, VEOLIA)


M. Dominique Restino, Président délégué de l’institut de mantorat entrepreneurial de la Chambre de commerce et d’industrie de Paris.

***Le Forum du Développement Durable a eu lieu le 15 Avril 2010,
à la CCIP Hauts-de-Seine à Nanterre (92)

*"Les Journées Entreprise et Développement Durable" (JEDD), organisées par le réseau des Chambres de commerce et d'industrie de Paris - Ile-de-France, du 12 au 16 avril 2010.

Ce cycle de conférences a pour objectif de sensibiliser et d'informer les PME-PMI sur les enjeux du développement durable.

Les CCI de Paris - Ile-de-France accompagnent au quotidien les PME/PMI vers le développement durable de manière concrète et systémique. Il est une opportunité d'innovation et de croissance verte accessible à toutes les entreprises grandes et petites confondues.

Ces nouveaux enjeux doivent être pris en compte : réglementation environnementale, coût de l'énergie mais aussi les attentes des grands donneurs d'ordre. Trop souvent, les PME/PMI ne disposent pas des ressources pour s'informer et se lancer dans le développement durable de manière concrète et progressive.

*BREF APERCU
Photos : Morgane BRAVO

14h-19h
Les acteurs du développement durable (ADEME, Afnor.. conseillers de la CCIP), informeront les dirigeants d'entreprises sur les aides et financements adaptés à leur projet dans le cadre de rendez-vous programmés (inscription préalable obligatoire).

L'Economie en débat – conférence : 16h-18h30
Pourquoi s'engager dans le développement durable pour une PME ? Soucieux de l’amélioration de la performance économique de votre entreprise, vous recherchez de nouveaux marchés, vous souhaitez valoriser votre image et fidéliser vos salariés, ce colloque est à votre attention.

Introduction par Gérard SOULARUE (élu CCIP, DANONE)

Table ronde 1 : le développement durable, quelles initiatives pour quels résultats ?
Des dirigeants de PME ayant mis en place des pratiques de développement durable présenteront leurs expériences, les obstacles rencontrés, les résultats obtenus. Seront présentés les outils adaptés aux PME et les aides disponibles pour appuyer la démarche.
ADEME (A. TRANCHANT), ORSE (F. FATOUX), Cap Enfants (C. KESPY-YAHL),
AGENCE DE FAB (J. SETBON)

Présentation des résultats d’une enquête auprès de 1 000 PME du département
Michel Valache (élu de la CCIP, VEOLIA).
http://www.ccip92.fr/index.asp?idmetapage=744

Table ronde 2 : entreprises et territoires durables : une relation gagnant-gagnant ?
Quels sont les avantages pour une PME d’un partenariat renforcé avec son territoire ? Déplacements, marchés, services de proximité, recrutement ...
Quel rôle les collectivités territoriales peuvent-elles jouer aujourd’hui auprès des PME pour favoriser des retombées positives ?
Ville de Nanterre (S. DONZEL), FRAMA France (S. MURAT),
SODEXO (X. CHOURAQUI-SERVIERE), Université PARIS VII (Olivier BLANDIN)

*Espoirs de l’Economie, remise des trophées : 18h30-19h30
Ce concours récompense quelques unes des plus belles réussites parmi les jeunes entreprises du département.


Table ronde 1 : le développement durable, quelles initiatives pour quels résultats ?


Table ronde 2 : entreprises et territoires durables : une relation gagnant-gagnant ?














M. Gérard SOULARUE (élu CCIP, DANONE)


*Trophée 1er. Prix : Espoir de l’Economie




*Trophée 2ème. Prix : Espoir de l’Economie


**Le Forum a été suivie d'un cocktail :










***FELICITATIONS : UN SUCCES! Forum , très intéressant & convivial.

La conférence, les tables rondes...

Très intéressante présentation des résultats d’une enquête auprès de 1 000 PME du département.

La remise des trophées : Espoirs de l’Economie!

LA SUITE : http://ecologie-innovation-dd.ning.com

*BREF APERCU : « DD et innovation : quelles opportunités pour les entreprises...CCIP* http://bit.ly/9bpUDp

A SUIVRE...

Bien à vous,

Morgane BRAVO

*UNEP Finance Initiative reaches out to Finance Sector in Turkey...*

***Welcoming its first member from Turkey, UNEP FI is committed to working on sustainable finance issues with the Turkish financial sector

On Thursday the United Nations Environment Programme Finance Initiative (UNEP FI) welcomed its first member from the finance sector in Turkey. The membership of the Industrial Development Bank of Turkey (TSKB) became official at a signing ceremony, after Paul Clements-Hunt, Head of UNEP FI, and Halil Eroğlu, TSKB's Central Executive Officer (CEO), signed the 'UNEP Statement by Financial Institutions on the Environment and Sustainable Development', as a sign for future cooperation in the area of sustainable finance.

Extending its outreach to the finance sector in Turkey, UNEP FI takes the lead in developing the much needed cooperation on environmental and social issues. As a global UNEP public private partnership of more than 180 institutions, UNEP FI's programmes shall from now on include specific capacity building projects in Turkey, among other initiatives.

Following TSKB's signing ceremony on Thursday, today, as a part of a series of continuous efforts, UNEP FI's Head of Unit Clements-Hunt also presented the case for sustainable finance before a wide audience of bankers at a conference in Istanbul, entitled 'The Significance of Environment for Financial Institutions and Sustainability'. The conference was organized by the Banks Association of Turkey. UNEP FI's new member TSKB chairs the Association and hopes to set an example, which is to be followed by other Turkish financial institutions willing to understand the environmental and social impacts on the financial sector.

Paul Clements-Hunt, Head of UNEPFI: 'At UNEP FI we are proud and delighted to welcome our first member from Turkey. As a UN agency, we help financial institutions worldwide in understanding sustainable finance. We further assist them in building capacity and encourage the use of our training programmes and tools. Reaching out to the Turkish financial sector and aware of Turkey's important geo-strategic role, we look forward to strengthening the partnership with TSKB as our first Turkish member. And this is only the start.'

Istanbul (Turkey),
UNEP
16 April 2010

mercredi 14 avril 2010

*Nuclear Security Summit ...*










*ACUERDO TRILATERAL : SOBRE SEGURIDAD NUCLEAR ENTRE MÉXICO, CANADÁ Y EUA*

http://mexicoworldwide.blogspot.com/2010/04/acuerdo-trilateral-sobre-seguridad.html

Bien à vous,

Morgane BRAVO

*BREF APERCU : « Développement durable et innovation : quelles opportunités pour les entreprises ? »*


***"Les Journées Entreprise et Développement Durable" (JEDD),

Organisées par la CRCI et les CCI de Paris - Ile-de-France, avec le soutien de l’Union Européenne, de l’État, de la Région Île-de-France et de l’ADEME, la 14ème édition des Journées Entreprise et Développement Durable (JEDD) se déroulera du 12 au 16 avril 2010.

Pendant une semaine, huit rencontres professionnelles seront organisées à l’intention des représentants d’entreprises qui pourront s’informer et échanger entre eux et avec des experts sur les bonnes pratiques dans les domaines de l’environnement, de l’énergie, et plus généralement sur l’engagement sociétal des entreprises.

Avec 5 Mds d’euros du grand emprunt national dédiés au développement durable et les « prêts verts bonifiés » qui devraient être créés conformément aux conclusions des Etats Généraux de l’Industrie, les entreprises sont encouragées à intégrer le développement durable pour conquérir de nouveaux marchés.

Programme 2010
Mardi 13 avril
Débat régional
Et la CRCI et les CCI de Paris - Ile-de-France s’engagent à leurs côtés pour relever ce défi.

Je remercie particulièrement nos partenaires pour leur soutien dans l’organisation et le financement de cette manifestation, la seule du genre et de cette ampleur dans la région Paris - Ile-de-France. Les élus et les collaborateurs de la CRCI et des CCI seront à votre disposition pour rendre ces rencontres à la fois utiles et conviviales et je vous invite à les solliciter à cette fin.

Pierre SIMON
Président de la CRCI Paris - Ile-de-France Président de la CCI de Paris


**LA SEANCE INAUGURALE, a eu lieu Mardi 13 avril, à 17h-19h
à la CCI de Paris, 27 avenue de Friedland - 75008 Paris

*BREF APERCU :
Photos : Morgane BRAVO

DEBAT REGIONAL sur le thème :

« Développement durable et innovation
quelles opportunités pour les entreprises ? »

Ouverture par Jean-ClaudeKARPELES,
Président de la Commission du Dévéloppement économique de la CRCI, ancien président d'ubifrance, Délégué Général du GIMELEC



**DEBAT,

Animé par : Carine ROCCHESANI, journaliste

Avec la participation de :

*Isabelle DENNIEAU, Directeur des Partenariats, de Voltalis
*Gwénaël GUYONVARCH, Directeur régional de l’ADEME
*Jean-Pierre HUBERT, Président de Ourry
*Michel RAY, Vice-président du Pôle de compétitivité Advancity
*Michel VALACHE, directeur général adjoint de VEOLIA Propreté

*Grand témoin : Frédéric VERNHES, Vice-Président de la CCI de Versailles Val-d-Oise Yvelines


Carine ROCCHESANI, journaliste




















Frédéric VERNHES, Vice-Président de la CCI de Versailles Val-d-Oise Yvelines

Interventions de :

*Pierre SIMON, Président de la CRCI Paris – Ile-de-France, Président de la CCI de
Paris




*Jean-Paul PLANCHOU, Vice-président du Conseil Régional d’Ile-de-France


Clôture par :

*Daniel CANEPA, Préfet de la région d’Ile-de-France, Préfet de Paris


**La séance inaugurale a été suivie d'un cocktail.


M. Pierre SIMON, Président de la CRCI Paris – Ile-de-France, Président de la CCI de Paris & M.Daniel CANEPA, Préfet de la région d’Ile-de-France, Préfet de Paris


M. Jean-Paul PLANCHOU, Vice-président du Conseil Régional d’Ile-de-France


M. Jean-Pierre HUBERT, Président de Ourry








Morgane BRAVO

***FELICITATIONS UN SUCCES! Très intéressant retour d'expérience : témoignages d'acteurs du développement durable & économique local, les Chambres de Commerce...

Excellentes Interventions! de :

M. Frédéric VERNHES, Vice-Président de la CCI de Versailles Val-d-Oise Yvelines... A propos de la CCI de Versailles Val-d-Oise Yvelines...Projets...

M. Pierre SIMON, Président de la CRCI Paris – Ile-de-France, Président de la CCI de Paris...Aperçu international de la stratégie du Développement Durable des Etats...la Chine, l'Allemagne, l'UE...la France...

& L'intervention de M. Jean-Paul PLANCHOU, nouveau, Vice-Président du Conseil Régional d’Ile-de-France...Projets à suivre...au niveau international, le Grand Paris...

Ainsi que, la clôture de Monsieur,
Daniel CANEPA, Préfet de la région d’Ile-de-France, Préfet de Paris.

***BREF APERCU : "Forum du Développement Durable" 2010...CCIP Hauts-de-Seine :
http://bit.ly/c2iaiq

*NOUVEAU :
"RESEAU INTERNATIONAL" DU HUB :

*"ECOLOGIE & INNOVATION" : DEVELOPPEMENT DURABLE DU XXIe Siècle!*
http://ning.it/avN12Y

BIENVENUE, WELCOME, BIENVENIDOS...!

A SUIVRE...!

Bien à vous,

Morgane BRAVO