@ECOLOGIEI

@ECOLOGIEI
2008 création du Blog, From Paris, France : 2006 création du HUB (VIADEO) *21ème Siècle-'ECOLOGIE & INNOVATION': DEVELOPPEMENT DURABLE DU XXIe siècle!2.0* Think Tank International : + de 3000 membres. *Morgane BRAVO Avocat de formation, études & expérience Diplomatique, Sciences Politiques... « Euroblogeur »...2002 en France : Candidate (titulaire) aux élections Législatives, dans la 14ème Circonscription de Paris. 16e arrondissement (Sud). Fondatrice *Morgane BRAVO, from Paris, France. She's graduate Lawyer and have a Master’s degree in Diplomacy & Political Science...Diplomatic experience.

samedi 29 octobre 2011

*Yann Arthus-Bertrand : Lundi 31 octobre, nous serons 7 milliards d'humains !...*

Yann Arthus-Bertrand 

Next Monday, October 31st, there will be 7 billion people on Earth.
 
Chers amis,

Lundi prochain, le 31 octobre 2011, nous serons 7 milliards d’humains sur Terre.
Je suis persuadé que le grand défi de l’Homme est là aujourd’hui : que nous arrivions à vivre ensemble.

Le projet “6 milliards d’Autres” que nous avons lancé avec la fondation GoodPlanet en 2003, grâce au soutien de BNP Paribas, devient à cette occasion “7 milliards d’Autres”.
En partenariat avec RFI et France 24, quatre nouveaux films ont été réalisés pour sensibiliser sur les Objectifs du Millénaire pour le Développement : “L’éducation en questions”, “La pauvreté en questions”, “La santé en questions”, “Femmes”. 28 programmes courts diffusés chaque semaine sur France 24 viennent compléter ce travail.
Pour en savoir plus et découvrir les nouveaux programmes : www.ledeveloppementenquestions.org et www.7milliardsdautres.org

Lundi 31 octobre, retrouvez les programmes « 7 milliards d’Autres » à partir de 8h30, sur La Chaîne Parlementaire (LCP).


La fondation GoodPlanet publie aussi deux ouvrages aux éditions La Martinière :
  • “Vivre Ensemble - 7 milliards d'humains", en partenariat avec l’Agence France Presse (AFP) qui tient son titre d'une citation emblématique de Martin Luther King : "Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon, nous mourrons ensemble comme des idiots". Vous pourrez retrouver les textes sur le site d'information de la fondation : www.goodplanet.info, lui aussi soutenu par BNP Paribas.

Contrairement à ce que l'on pourrait croire, la désertification n'est pas l'avancée naturelle du désert, ni le déplacement de dunes de sable.
C'est l'épuisement des terres cultivables sous l'effet de l'activité humaine et des changements climatiques.

Monday, October 31st, there will be 7 billion people on Earth.

Dear Friends,

Next Monday, October 31st, there will be 7 billion people on Earth.
I am convinced that this is mankind’s greatest challenge today: to succeed in living together, all of us.

The “6 billion Others” project we launched with the GoodPlanet Foundation in 2003 thanks to the support of BNP Paribas, will become “ 7 billion Others” on Monday.
With RFI and France 24 as partners, we have directed four new movies to raise awareness of the Millennium Development Goals: “Education matters”, “Poverty matters”, “Health matters”, “Women”.
Added to these four main films, 28 shorter programs are also broadcast every week on France 24.
For more information and to discover the new programs: www.7billionothers.org

On Monday, October 31st, watch the "7 billion Others" programs from 8:30 am, on the LCP (La Chaîne Parlementaire) TV channel.

The GoodPlanet Foundation has just published two new books with publishing house La Martinière. 
“Vivre Ensemble - 7 milliards d'humains" (French version only), in partnership with Agence France Presse (AFP), whose title is taken from the words of Martin Luther King: "We must learn to live together as brothers or perish together as fools". You can find the texts on our website: www.goodplanet.info, also supported by BNP Paribas.
  • “L'apocalypse démographique n'aura pas lieu”, a translation of the book “PeopleQuake” written by the English journalist Fred Pearce, an indictment against Malthusianism and its avatars.
A set of resources to take the measure of the challenges facing us. But also a message of hope, an invitation to love our century and to listen to others.

Tout un ensemble de supports pour prendre la mesure des défis auxquels nous sommes confrontés.
Mais aussi un message d'espoir, une invitation à aimer notre siècle et à écouter l’Autre.





Bien à vous,

jeudi 27 octobre 2011

*Pense aux ressources que tu maltraites...* UE





New campaign on resource efficiency: 
"Generation Awake. Your choices make a world of difference! »

Bien à vous,


mercredi 26 octobre 2011

*Droit communautaire de l'environnement : de la prise de conscience à la mobilisation...*

Fabienne Keller (UMP, Bas-Rhin), vice-présidente de la commission des finances, a présenté à la presse, mercredi  son 4ème tableau de bord sur le respect du droit européen de l'environnement en France. « Malgré des progrès dans l'application du droit communautaire de l'environnement, le nombre de contentieux reste significatif »...

*Forum mondial de l’OCDE sur l’environnement : Réussir la réforme de l’eau*

 *Crédit Photos ©Morgane BRAVO*

Le Forum mondial sur l’eau a pour objectif de rassembler un large éventail de décideurs et de dirigeants de haut niveau du secteur de l’eau pour des débats et une réflexion sur les messages essentiels qui se dégagent des travaux récents de l’OCDE sur l’eau. Ceux-ci portent sur les principaux enjeux concernant la tarification et le financement, la gouvernance à plusieurs niveaux, les partenariats public-privé et la gestion des ressources en eau en agriculture.

En mettant l’accent sur les moyens de « réussir la réforme de l’eau », le Forum mondial donnera l’occasion de confronter les expériences et d’examiner comment les pays peuvent surmonter les obstacles à la réforme des politiques de l’eau.

Les discussions tenues lors du Forum aideront à déterminer les principaux messages de l’OCDE au 6ème Forum mondial de l’eau, qui aura lieu du 12 au 17 mars 2012 à Marseille.

*Nous avons participé : Félicitations à l'OCDE...Forum très intéressant & important! La «crise de l'eau" que la communauté mondiale doit faire face aujourd'hui est essentiellement une «crise de gouvernance». Il y a assez d'eau sur la Terre pour tous, même dans les zones où la pénurie d'eau temporaires et structurels existent. Gestion de l'eau pour tous n'est pas seulement une question de l'hydrologie et de financement, mais aussi une question de bonne gouvernance...! 

*Water: price it right, use it well : OECD Secretary-General...* http://developpementdurablexxis.blogspot.com/2011/10/water-price-it-right-use-it-well-oecd.html

  *A SUIVRE...*
Bien à vous,

mardi 25 octobre 2011

*Entreprise "Les Prix Pinocchio 2011 du développement durable!"*

 La 4ème édition du concours visant à dénoncer les pratiques douteuses des entreprises.

Le concept de développement durable, comme «mode de développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs», fait désormais partie du langage courant grâce à l'engouement nouveau pour la protection de l'environnement, la défense des droits humains et une plus grande solidarité internationale.

Mais de nombreux acteurs, dont certaines entreprises françaises figurant parfois parmi les plus puissantes au monde, l'ont malheureusement récupéré à des fins purement cosmétiques. Un discours engagé sur le développement durable est ainsi souvent utilisé pour masquer les impacts réels de leurs activités, tout en améliorant leur image auprès des clients et actionnaires.

En 2011, plus personne ou presque ne conteste l'urgence environnementale et sociale au niveau planétaire. Mais les entreprises, acteurs économiques de poids, ont fait trop peu de progrès en termes de responsabilité sociale et environnementale. Il est nécessaire de mettre fin au double-discours. Qui ment ? Qui n'a de vert que la couverture de son rapport de développement durable ?
Aidez-nous à relancer le débat public pour que les entreprises assument leurs responsabilités !
Les Amis de la Terre
Depuis 2008, les Amis de la Terre organisent chaque année les Prix Pinocchio et nomment 9 entreprises dans 3 catégories mettant en exergue surexploitation des ressources, communication trompeuse et lobbying. 

http://www.prix-pinocchio.org
 
Le « Greenwashing » est un terme anglais qui sert à évoquer l’abus de publicité
ou d’arguments écologiques par des entreprises ou des organisations qui veulent afficher des vertus environnementales qu’elles ne méritent pas. Greenwashing est souvent utilisé pour stigmatiser les publicités d’entreprises qui mettent l’accent de manière abusive ou systématique sur des messages écologiques.
Le greenwashing évoque également le fait pour les entreprises de récupérer des slogans écologiques, de mettre en avant des produits respectueux de l’environnement alors que l’ensemble de leur politique ou de leur gamme ne reflètent pas cette préoccupation. 
Le greenwashing est donc le phénomène qui profite des aspirations écologiques des consommateurs pour en faire, avec un certain cynisme un pur levier de marketing, bien loin d’une politique sincère de développement durable.
L'Alliance pour la planète, coalition d'ONG de protection de l'environnement, a lancé un Observatoire indépendant de la publicité(OIP) contre le greenwashing, c'est-à-dire pour alerter sur les publicités qui utilisent de façon abusive le thème de l'environnement.
 
Bien à vous,
  

lundi 24 octobre 2011

*PLANET BLOW - THE DARK LINES : Extrait exclusif...*


Un extrait du film Planet blow dans lequel des surfeurs racontent comment leur pratique des sports de glisse les a conduit à prendre conscience des problèmes environnementaux et sociaux.
Pour la première fois depuis le début de l'aventure Planet Blow, un extrait inédit de 4 minutes du film. Loin d'être représentatif de toute l'histoire, nous espérons qu'il vous donnera envie d'en voir beaucoup plus... Car il y a véritablement beaucoup plus à voir sur la durée totale de 1h05 de ce film... La face cachée... The Dark Lines...

Bien à vous,

*Plantation d'arbres à Domont...*


Opération de reboisement à Domont avec 1200 enfants...
Yann Arthus BERTRAND...

Bien à vous,

dimanche 23 octobre 2011

*La fondation Chirac pour l'accès à l'eau et à l’assainissement...*


A un an du 6e Forum mondial de l'eau à Marseille en mars 2012, la fondation Chirac a décidé d'alerter la communauté internationale sur l'urgence à investir dans les régions où le manque d'eau se fait sentir le plus cruellement : l'Afrique sub-saharienne. Là-bas, seulement 4 % des terres arables sont irriguées et plus de 337 millions de personnes n’ont pas accès à l’eau potable, principalement en zone rurale. 

La fondation Chirac a choisi le bassin du Niger comme exemple de région où l'action concertée de tous les acteurs -politiques, responsables institutionnels, acteurs locaux et populations- peut changer la situation et faire du droit à l'eau une réalité.

Bien à vous,

samedi 22 octobre 2011

*A l'occasion de la Journée Mondiale de l'Eau...*


A l'occasion de la Journée Mondiale de l'Eau, l'agence BDDP Unlimited et Hush réalisent pour SOLIDARITÉS INTERNATIONAL un Spot de sensibilisation. Le but de cette campagne : sensibiliser le grand public et inciter le plus grand nombre à signer notre pétition sur www.votregouttedeau.org qui sera remise au président de la république et aux organisateurs du Forum Mondial, en Mars 2012.

Signez la pétition sur http://www.votregouttedeau.org

mercredi 19 octobre 2011

*SENAT : [Questions sur] Le projet de loi sur la modernisation de l'organisation du service public de la voie d'eau*

Les explications de la majorité et de l'opposition sur le projet de loi sur la modernisation de l'organisation du service public de la voie d'eau.

Bien à vous,

*SENAT : [Questions sur] Le projet de loi sur l'aménagement..*

Les explications de la majorité et de l'opposition sur le projet de loi sur l'aménagement et le développement durable de la Corse.

Bien à vous,

lundi 17 octobre 2011

*La fondation GoodPlanet invite les entreprises à parler développement durable : sur Twitter‏...*


La fondation GoodPlanet invite les entreprises
à parler développement durable
tous les mardi sur Twitter


Le mardi développement durable Europe (#mddE), c’est le nouveau rendez vous hebdomadaire sur Twitter qui sera lancé demain par la fondation GoodPlanet en partenariat avec la Fondation québécoise en environnement et Hubrid.
À partir de demain, la fondation GoodPlanet invite les entreprises, collectivités, écoles et universités à partager tous les mardis sur Twitter leurs bonnes pratiques en termes de développement durable en utilisant le hashtag #mddE.

Cette initiative, lancée en Juin dernier par Hubrid au Québec et reprise par la Fondation québécoise en environnement en août, rencontre un succès grandissant avec déjà plus de 250 entreprises participantes et 65 tweets à l’heure. Elle est devenue le sujet de conversation numéro un sur Twitter au Québec le mardi avec le hashtag #mardiDD. Avec ce succès, la fondation GoodPlanet lance la version Européenne via le compte Twitter @mddEurope et le hashtag #mddE.


A cette occasion un site sera mis en ligne dès demain à l’adresse suivante http://www.goodplanet.org/mdde

À propos de la fondation GoodPlanet
(@GoodPlanet_)
GoodPlanet, fondation reconnue d’utilité publique présidée par Yann Arthus-Bertrand, œuvre à la sensibilisation et à l’éducation du public à l’environnement.

Elle a pour objectif de promouvoir le développement durable et de sensibiliser le plus grand nombre aux questions écologiques.

À propos de la Fondation québécoise en environnement
(@FQE)
La Fondation québécoise en environnement a été créée en 1987. Elle vise à éveiller la conscience des Québécois et Québécoises en matière d’environnement et travaille à accélérer le changement de leurs attitudes et habitudes à cet égard.

À propos d’Hubrid
(@Hubrid_Montreal)
L’agence de publicité Hubrid, fondée par Hughes Chandonnet en 2010, est reconnue pour son usage expérimental des médias sociaux. Elle est lauréate du grand prix Boomerang 2010 pour la meilleure utilisation de Facebook.


Bien à vous,
 

samedi 15 octobre 2011

*Water: price it right, use it well : OECD Secretary-General...*


OECD Secretary-General, says water is a precious resource and must be priced accordingly.
Climate change and over-use of water will mean that nearly on in every two people will live in water-stressed areas by 2030. Households, industry and agriculture will increasingly compete for water (see figure 1), leaving little to sustain ecosystems...

Centre de conférences de l’OCDE, Paris
 25-26 octobre 2011


Mieux gérer les ressources en eau est une nécessité pour répondre aux besoins humains, soutenir les activités économiques et atteindre les objectifs environnementaux.
Pourtant, la définition de politiques et de stratégies d’amélioration de la gouvernance et du financement de l’eau n’est qu’une première étape. Une autre source de défis pour les pouvoirs publics est l’économie politique de la réforme du secteur.
Les travaux menés par l’OCDE sur toute une série de problèmes économiques et politiques sont riches d’enseignements sur les leviers à actionner pour éviter un blocage des réformes dans le secteur de l’eau.
 Objectifs
Le Forum mondial sur l’eau a pour objectif de rassembler un large éventail de décideurs et de dirigeants de haut niveau du secteur de l’eau pour des débats et une réflexion sur les messages essentiels qui se dégagent des travaux récents de l’OCDE sur l’eau. Ceux-ci portent sur les principaux enjeux concernant la tarification et le financement, la gouvernance à plusieurs niveaux, les partenariats public-privé et la gestion des ressources en eau en agriculture.

En mettant l’accent sur les moyens de « réussir la réforme de l’eau », le Forum mondial donnera l’occasion de confronter les expériences et d’examiner comment les pays peuvent surmonter les obstacles à la réforme des politiques de l’eau.

Les discussions tenues lors du Forum aideront à déterminer les principaux messages de l’OCDE au 6ème Forum mondial de l’eau, qui aura lieu du 12 au 17 mars 2012 à Marseille.

Bien à vous,

jeudi 13 octobre 2011

*La plus grande centrale solaire photovoltaïque d'Europe doit être inaugurée ce jeudi en France...*

 

La plus grande centrale solaire photovoltaïque d'Europe doit être inaugurée ce jeudi par la ministre de l'Ecologie... Cette centrale installée sur le marché Saint-Charles produira l’équivalent de 10% de la consommation d'électricité des Perpignanais.

Bien à vous,

*Entreprises: l'Assemblée reporte l'obligation de déclarer leur pollution* France

Photo : REUTERS/J.P. MOCZULSKI (Le Monde)

Les députés ont reporté à 2013 l'obligation pour les entreprises de rédiger un rapport annuel sur leur impact sur l'environnement et leur stratégie de développement durable.

Le Medef en rêvait. L'Assemblée nationale l'a fait. Les députés ont, mercredi 12 octobre, reporté d'une année l'obligation pour les entreprises de rédiger un rapport annuel sur leur impact sur l'environnement et leur stratégie de développement durable. L'article 225 de la loi portant engagement sur l'environnement -  communément baptisée loi Grenelle 2 - prévoyait au départ d'imposer dès 2011 aux entreprises de plus de 500 salariés de faire connaitre et valider chaque année l'impact de leur activité sur l'environnement par des organismes extérieurs et agréés.
Des lobbies patronaux en résistance
Dès la mesure connue, plusieurs lobbies patronaux ou proches entraient en résistance contre une disposition qu'ils considéraient comme "contraire aux intérêts des entreprises françaises". De fait,  savoir que telle entreprise chimique, telle grande exploitation agricole, telle société industrielle, rejette des tonnes de CO2 dans l'atmosphère - ou choisit de générer des centaines de litres de produits plus ou moins polluants plutôt que d'investir dans des procédés de fabrication plus respecteux de l'environnement - constitue une information délicate à diffuser.
Deux ans de gagnés
Un premier recul des législateurs fut de ne retenir que le principe d'un rapport annuel. Sans préciser quelles entreprises seraient concernées et renvoyant la détermination de ce seuil au décret d'application. En clair, en refilant la patate chaude au ministères concernés. Deuxième recul, le projet de décret publié en mars 2011, après arbitrage de Matignon, préconisait de repousser à 2013 l'obligation de transparence environnementale. Deux ans de gagnés et nouveau désistement de responsabilité du pouvoir actuel sur le gouvernement issu des urnes après les élections présidentielle et législatives de 2012. Les entreprises de plus de 500 salariés restent concernées mais seulement celles dont le chiffre d'affaires est supérieur à 100 millions d'euros. Traduction : nombre de PME qui auraient dues être concernées échappent à l'obligation légale.
Epilogue. Les députés ont décidé que les rapports annuels seraient imposés à compter du 1er janvier 2013 aux entreprises. Seules les sociétés de plus de 5.000 salariés dont le chiffre d'affaires annuel est d'au moins 1 milliard d'euros y sont soumises en 2011. Leurs homologues de plus de 2.000 salariés dont le chiffre d'affaires est supérieur à 400 millions d'euros seront contraintes à la transparence environnementale à compter de janvier 2012.
Pour NKM, un report "pas nécessaire"
Selon Bernard Pancher, député UMP de la Meuse et co-rapporteur de la loi Grenelle 2, le vote du report d'un an a été le fruit d'un lobbying du Medef et de l'Association française des entreprises privées (Afep). "Hier soir, écrit-il, ces mêmes organisations ont réussi à mobiliser la partie la plus conservatrice de la majorité, laquelle, malgré des appels à la sagesse du gouvernement et du président de la commission des lois, met au pilori cet important dispositif qui fait avancer les entreprises françaises dans l'économie verte". "Le report d'une année n'était, je crois, pas nécessaire", a renchérit la ministre de l'Ecologie Nathalie Kosciusko-Morizet. "Une majorité de députés pour se mobiliser sur un report d'un an, je trouve ça dommage", a-t-elle ajouté en écorchant au passage, comme elle le fit en d'autre temps sur les OGM ou les lois Grenelle, sa propre majorité.
http://www.latribune.fr/green-business/20111012trib000656064/entreprises-l-assemblee-reporte-l-obligation-de-declarer-leur-pollution-.html



*Pour limiter le réchauffement climatique, les pays de l'UE doivent respecter des quotas annuels d'émission de gaz carbonique! A SUIVRE...! *

Bien à vous,

lundi 10 octobre 2011

*LE MEXIQUE PRET A ACCUEILLIR GREEN SOLUTIONS 2011...*


ProMéxico, en collaboration avec les ministères des Affaires étrangères et de l’Economie, organisent pour la deuxième année consécutive la rencontre « Green Solutions » qui aura lieu à Mexico du 23 au 25 novembre prochain.
Conformément à l’engagement pris par le président Felipe Calderón Hinojosa de continuer à encourager les actions visant à atténuer les effets du changement climatique, ProMéxico, en collaboration avec les ministères des Affaires étrangères et de l’Economie, organisent pour la deuxième année consécutive la rencontre « Green Solutions 2011», une plateforme internationale pour le dialogue et l’échange en faveur d’une économie verte.

A la suite du succès que le Mexique a remporté avec Green Solutions@COP16 en décembre 2010 à Cancún, dans le cadre de la 16ème Conférence des Parties (COP16), il a été décidé de réaliser la deuxième édition de cette manifestation qui a pour but de promouvoir des opportunités d’affaires, d’investissement et de commerce qui contribuent à un développement économique durable et à présenter les avancées en matière de technologies propres.

Lors d’une conférence de presse, Carlos Guzmán Bofill, directeur général de ProMéxico, accompagné de Nathán Wolf Lustbader, directeur général de coopération et de promotion économique internationale du ministère mexicain des Affaires étrangères, a indiqué que Green Solutions 2011 se tiendra du 23 au 25 novembre prochain au Centre Banamex de la ville de Mexico. Il réunira des présidents et directeurs généraux d’entreprises nationales et étrangères, d’associations et de chambres de commerce, des fonctionnaires de haut niveau de gouvernements, des associations et des organismes nationaux et internationaux ainsi que des spécialistes du Mexique et du monde.

Cette rencontre se caractérisera par un cycle de conférences, des ateliers, des panels et des tables rondes animées par des conférenciers experts en thèmes comme le financement vert, les innovations technologiques, le commerce et l’investissement dans des secteurs comme l’énergie renouvelable, l’infrastructure, les biocombustibles, les marchés de carbone et de méthane, les stratégies d’entreprises vertes, les modèles de durabilité économique, les logements et villes durables et l’efficacité énergétique, entre autres.

Green Solutions 2011disposera d’une surface d’exposition de plus de 2.000 mètres carrés où se trouveront 130 stands individuels et des pavillons nationaux qui présenteront la technologie la plus avancée au niveau mondial en matière de processus de production propres.

Cette édition, outre de fournir une plateforme d’exposition de technologies innovatrices, cherche à donner une vision spéciale de soutien aux petites et moyennes entreprises, afin qu’elles trouvent et présentent des propositions importantes qui contribueraient de façon active à la lutte contre le changement climatique.

Green solutions 2011 abritera un Centre d’affaires, où se dérouleront des réunions entre chefs entreprise nationaux et étrangers.

Par ailleurs, une démonstration d’automobiles antipollution, appelée Green Autoshow, aura lieu où seront exposés des véhicules électriques, hybrides et utilisant des carburants alternatifs ou autres technologies durables.

Il hébergera également la Maison Verte (Green House) ainsi qu’un pavillon interactif dans lequel le public présent pourra interagir avec le calculateur d’émissions de dioxyde de carbone et l’empreinte hydrologique qui représentent toutes leurs activités quotidiennes, entre autres activités.

Participeront à Green Solutions 2011 des organismes internationaux comme la Banque mondiale (BM), la Banque interaméricaine de développement (BID) et l’Organisation pour la coopération et le développement économiques (OCDE), ainsi que des entités du secteur privé, le milieu universitaire et la société civile comme ITESM, Reforestemos México A.C., Cámara Lusa – Mexicana, Green Momentum, New Ventures, AMEXCAP, B4E et American Chamber – México. Mais également des instances gouvernementales fédérales comme le ministère de l’Environnement et des Ressources naturelles (SEMARNAT (INE et Conagua)), le ministère de l’Energie (SENER (Pemex et CFE)), le ministère du Développement social (SEDESOL (Conavi et Infonavit)), le ministère des Finances et du Crédit public (SHCP (Nafin y Bancomext)) et le ministère du Tourisme du Mexique (SECTUR (Imagen México)), entre autres.

Au cours de Green Solutions@COP16, en décembre 2010, plus de 1.200 rencontres d’affaires ont eu lieu. L’exposition technologique s’est traduite par 102 stands d’entreprises nationales et étrangères et plusieurs pavillons nationaux. Plus de 44 conférences, séminaires, ateliers et tables rondes ont été organisés, dans lesquels ont participé près de 800 invités de haut niveau. Enfin, 3.300 personnes ont assisté à cette manifestation, dont des professionnels et le public en général.
Bien à vous,
@MorganeBRAVO
http://twitter.com/#!/MorganeBravo

dimanche 9 octobre 2011

*Renforcement de la dimension extérieure de la politique énergétique de l’UE*

Polska prezydencja w Radzie UE
 
Le 6 octobre dernier, la Pologne a obtenu le statut de participant à la Communauté de l’énergie, mise en place en vue d’assurer une meilleure sécurité de l’approvisionnement en énergie et des investissements dans le secteur énergétique au sein des Etats membres de la Communauté.

Etablie en 2005, la Communauté constitue l’un des plus grands marchés intérieurs de l’énergie dans le monde. Initialement, elle regroupait 9 États et territoires (la Bulgarie, la Roumanie, l’Albanie, la Bosnie-Herzégovine, la Croatie, l’ancienne République yougoslave de Macédoine, la Serbie et la Mission d’administration intérimaire des Nations unies au Kosovo). La Moldavie le 1ermai 2010, puis l’Ukraine le 1erjanvier 2011, sont devenues de nouvelles parties au traité instituant la Communauté de l’énergie. En tant qu’Etat membre de l’UE, la Pologne a été jusqu’à présent représentée au niveau de la Communauté par la Commission européenne.
L’obtention du statut de participant n’entraîne aucune obligation supplémentaire particulière (qu’elle soit juridique ou financière) à l’égard de la Communauté, mais revêt un caractère important pour des raisons politiques, procédurales et d’image. Ce statut de participant confère à la Pologne un droit de représentation individuelle au sein des instances de la Communauté telles que le Conseil ministériel, le Groupe permanent de haut niveau ou le Conseil de régulation. Elle bénéficie également d’un meilleur accès aux informations et de la possibilité d’infléchir et d’orienter les débats.
Une participation active au sein de la Communauté de l’énergie constitue un moyen de mettre en œuvre l’une des priorités de la présidence polonaise, à savoir le renforcement de la dimension extérieure de la politique énergétique de l’UE. En effet, les instruments disponibles dans le cadre de la Communauté de l’énergie donnent la possibilité d’étendre, de manière effective, l’acquis communautaire aux pays du voisinage – une avancée essentielle de point de vue de la sécurité énergétique de l’UE.
Dès le moment où l’Ukraine a adhéré à la Communauté et grâce à la réorientation, par la suite, d’une partie des actions de la Communauté vers l’Est, la participation de la Pologne pourra ainsi s’avérer essentielle dans le contexte de l’engagement dans les relations avec les partenaires orientaux. En outre, par ce geste, la Pologne souligne le rôle que la Communauté de l’énergie pourrait jouer dans la dynamique des travaux sur le dossier énergétique au sein du Partenariat oriental.
 
Polska prezydencja w Radzie UE
Bien à vous,

samedi 8 octobre 2011

*Bande annonce de Into Eternity, film sur le stockage des déchets nucléaires...*


Découvrez le documentaire Into Eternity du réalisateur Michael Madsen. Celui-ci révèle l'existence d'Onkalo, un projet destiné à construire en Finlande un vaste sanctuaire capable de contenir pendant 100.000 ans des tonnes de déchets nucléaires.

Sortie en France le 18 mai

Bien à vous,


vendredi 7 octobre 2011

*À la rencontre des travailleurs de Fukushima...*


Depuis le tsunami du 11 mars, des milliers de travailleurs se relaient à la centrale de Fukushima pour tenter de déblayer les débris radioactifs et de sécuriser le site. Ils viennent des quatre coins du pays et n’ont souvent aucune expérience du nucléaire. Rencontre avec des travailleurs pas comme les autres.
France24

Bien à vous,

jeudi 6 octobre 2011

*Le lien entre urbanisation et changement climatique pourrait être meurtrier...*


A l'occasion de la Journée mondiale de l'habitat, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a souligné lundi que le lien entre urbanisation et changement climatique était bel et bien réel et pourrait s'avérer meurtrier.
La célébration de cette Journée cette année coïncide avec le mois où les démographes annoncent la naissance du sept milliardième habitant de la planète. « L'avenir dont hériteront cet enfant et sa génération dépendra en grande partie de la manière dont nous répondrons aux pressions concurrentes exercées par la croissance démographique, l'urbanisation et le changement climatique », a déclaré Ban Ki-moon dans un message lu par la Vice Secrétaire générale de l'ONU, Asha-Rose Migiro, à une réunion de haut niveau sur les liens entre l'urbanisation et le changement climatique.

« Les spécialistes prévoient que d'ici à 2050, la population mondiale aura augmenté de 50% par rapport à 1999. À ce moment-là également, disent les scientifiques, les émissions de gaz à effet de serre à l'échelle mondiale devront avoir été réduites de 50% par rapport aux niveaux enregistrés au début du nouveau millénaire. J'appelle cela le défi des 50–50–50, » a-t-il ajouté.

La montée du niveau des mers est une des conséquences importantes du changement climatique. À la fin du siècle, le nombre de personnes qui ne vivent qu'à un mètre au-dessus du niveau de la mer atteindra 130 millions et les grandes villes situées le long des côtes comme New York, Karachi, Calcutta, Belém, La Nouvelle-Orléans, Shanghai, Tokyo, Lagos, Miami et Amsterdam pourraient être menacées par de graves dangers causés par des ouragans.

« Le lien entre urbanisation et changement climatique est bel et bien réel et pourrait s'avérer meurtrier », a insisté le Secrétaire général.

Les villes sont des centres d'industrialisation et des sources d'émissions, mais elles offrent aussi des solutions. De plus en plus de municipalités utilisent l'énergie éolienne, solaire ou géothermique et contribuent ainsi à la croissance verte et à une meilleure protection de l'environnement, a-t-il noté.

Il s'est également félicité des initiatives de portée internationale pour contribuer à la croissance verte et à une meilleure protection de l'environnement qui ont déjà vu le jour, dont la création du Fonds pour l'adaptation aux changements climatiques et l'adoption du plan d'action visant à réduire les émissions causées par le déboisement et la dégradation des forêts, connu sous le nom de « REDD plus ». « Tous les pays s'entendent sur l'objectif qui consiste à limiter l'augmentation de la température mondiale à 2 degrés Celsius, » a rappelé Ban Ki-moon.

De son côté, le Président de l'Assemblée générale des Nations Unies Nassir Abdulaziz Al-Nasser, a rappelé que le monde faisait face à une recrudescence des phénomènes météorologiques extrêmes tels que les canicules, les très fortes tempêtes, la pénurie d'eau potable, des sécheresses plus intenses et davantage d'inondations. « Cela met en péril notre habilité à atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement, et les premières victimes sont comme souvent les femmes et les groupes vulnérables », a-t-il dit.

« Nous ne pourrons pas empêcher complètement le changement climatique. Des stratégies d'adaptation efficaces devront être conçues et mises en place pour assurer que les villes résistent mieux aux risques liés aux changements climatiques, » a expliqué M. Al-Nassir en rappelant l'importance démographique des villes qui abritent beaucoup de créativité, d'industries, de savoir, de culture et d'infrastructures. « Les villes sont donc les mieux placées pour trouver des solutions créatives pour le développement durable, » a-t-il poursuivi.

Les Rapporteurs spéciaux des Nations unies sur le droit à un logement convenable, Raquel Rolnik, et sur les droits des personnes déplacées, Chaloka Beyani, ont dans un message commun rappelé qu'il n'y avait pas de grandes raisons de célébrer la Journée mondiale de l'habitat cette année.

« Presqu'un tiers de la population mondiale continue de vivre dans des bidonvilles, des implantations sauvages souvent placées dans des zones exposées à des risques environnementaux graves. Il existe un mélange dangereux d'urbanisation, souvent dans des endroits dépourvus d'aménagements ou de planification urbaine, et d'une multiplication de catastrophes provoquées par les changements climatiques, » ont déclaré Mme Rolnik et M. Beyani.

De nombreux groupes de populations défavorisées vivent sur des sites inadaptés à la construction de logements, comme des flancs de montagnes, des zones menacées par les inondations, les glissements de terrain ou par d'autre risques liés aux phénomènes météorologiques.

« A l'occasion de la journée mondiale de l'habitat, nous exhortons les gouvernements et les organisations internationales à reconnaître les implantations sauvages et les droits de l'homme de leurs habitants en prenant en compte leurs besoins spécifiques et leurs vulnérabilités dans une approche de réduction des risques de catastrophes naturelles, » ont souligné ces deux experts.

Pour sa part, la chef du bureau de la Stratégie internationale des Nations Unies pour la prévention des catastrophes, Margaretha Wahlström, a noté que les maires et dirigeants municipaux étaient « en première ligne dans le combat contre les changements climatiques et les catastrophes. » Jusqu'à présent 841 villes et municipalités du monde entier participent activement à la campagne mondiale pour réduire les catastrophes.

« Les pertes en vies humaines et les pertes économiques dues aux catastrophes deviennent de plus en plus des phénomènes urbains et la protection des zones construites sera prioritaire au 21ème siècle alors que la population mondiale aura dépassé les sept milliards et que plus de la moitié vivra dans des villes. Sur les 40 dernières années, le nombre de personnes exposées aux risques d'inondations est passé de 32,5 à 69,4 millions, » a rappelé Mme Wahlström.
http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=26515&Cr=climatique&Cr1=

Bien à vous,

lundi 3 octobre 2011

*Négociations climatiques : l'UE doit fait preuve de leadership au niveau mondial...*

La conférence se tiendra du 4 au 6 juin 2012 à Rio de Janeiro, au Brésil.


L'Union européenne a agi localement, elle doit maintenant peser de tout son poids au niveau mondial pour que la lutte contre le changement climatique ne reste pas un vain mot. C'est l'essence de la résolution adoptée la semaine dernière par le Parlement européen, en vue du sommet « Rio+20 » qui se tiendra en juin prochain, 20 ans après le premier « sommet de la Terre ». Les députés demandent aux gouvernements européens d'y arriver avec une position commune.
En 1992, le premier « sommet de la Terre » à Rio de Janeiro avait posé les bases d'une prise de conscience mondiale des problèmes écologiques à venir. Vingt ans après, sous l'égide des Nations unies, tous les pays du monde devraient se retrouver à nouveau pour faire un bilan - et surtout voir quelles mesures supplémentaires peuvent être adoptées.

« Nous avons eu beaucoup d'espoir » en 1992 et « obtenu certains résultats depuis », précise l'Allemand Jo Leinen (Socialistes et démocrates), président de la commission parlementaire de l'environnement. Il souligne néanmoins que la tendance globale prend une mauvaise direction : « Le fossé entre riches et pauvres s'est creusé, on a abattu de larges zones forestières, on a pratiqué la surpêche… » Il appelle de ses vœux un engagement fort l'an prochain.

Une approche unifiée et ambitieuse

Pour préparer la position commune de l'Union européenne (UE) lors de cette conférence internationale à Rio de Janeiro, les députés ont adopté un rapport signé par l'Allemand Karl-Heinz Florenz (Parti populaire). Ils y soulignent que l'UE doit prendre l'initiative au niveau mondial et que, pour cela, elle doit avoir une position claire dès le mois de novembre.

Les députés souhaitent bien entendu apporter leur pierre à cette position. Ils aimeraient que la conférence accouche d'objectifs concrets. Par exemple, ils prônent la fin des subventions nuisibles à l'environnement, demandent une mesure la croissance et de la richesse qui prenne en compte les facteurs environnementaux et sociaux et militent pour une taxe sur les transactions financières dont les revenus aideraient à protéger la biodiversité et le climat dans les pays en voie de développement.

Enfin, ils estiment que les matières premières, l'efficacité énergétique et les forêts devront être au programme de la conférence.

Et maintenant ?

Les Nations unies attendent la position commune de l'Union européenne d'ici au 1er novembre 2011. Les négociations internationales débuteront au printemps prochain et la conférence les clôturera du 4 au 6 juin 2012.

Parlement européen  

Bien à vous,