@ECOLOGIEI

@ECOLOGIEI
2006 création du HUB (VIADEO) *21ème Siècle-'ECOLOGIE & INNOVATION': DEVELOPPEMENT DURABLE DU XXIe siècle!2.0* Think Tank International : + de 3000 membres. *Morgane BRAVO Avocat de formation, études & expérience Diplomatique, Sciences Politiques... « Euroblogeur »...2002 en France : Candidate (titulaire) aux élections Législatives, dans la 14ème Circonscription de Paris. 16e arrondissement (Sud). Fondatrice *Morgane BRAVO, from Paris, France. She's graduate Lawyer and have a Master’s degree in Diplomacy & Political Science...Diplomatic experience.

jeudi 15 août 2019

🇪🇺Nager en toute sécurité: eaux européennes.


Nager en toute sécurité dans les eaux européennes.


Une baignade rafraîchissante en plein été? Quel bonheur! Le Parlement européen veille à la propreté des eaux de baignade en Europe. C’est pourquoi la qualité de l’eau des sites de baignade est testée régulièrement afin que vous soyez informés des sites de baignade les plus sûrs en Europe. Profitez des vagues!




@MorganeBravo 
Former trainee (Blue Book) of the European Commission, 
at the General Secretariat in Brussels. 
Founder,
"THE HUB EUROPEAN UNION"🇫🇷🇪🇺

Fondatrice du HUB (2006)
UNION EUROPÉENNE, EUROPEAN UNION, UNION EUROPEA.
🇪🇺CANDIDAT PRIX EUROPCOM 2017:
"THE HUB EUROPEAN UNION"🇫🇷


Fondatrice,
 « ECOLOGIE&INNOVATION : DEVELOPPEMENT DURABLE DU XXIE SIÈCLE!».


President & Founder
HUB « DIGITAL DIPLOMACY» «DIPLOMATIE NUMERIQUE ».
Présidente et Fondatrice 
«Think Tank Europe-Mexique» .
‪    headquarters in Paris, France. 
@EuropeMex
‪*Twitter :
@MorganeBravo @MBMexique @DiploDigital, @EcologieI, @EuropeMex, @MBDiplo @BAWDiplo

lundi 6 mai 2019

Overwhelming majority of citizens 🇪🇺: preoccupied loss Biodiversity!

An overwhelming majority of Europeans are concerned about the loss of biodiversity and support stronger EU action to protect nature.



Une majorité écrasante de citoyens européens est préoccupée par la perte de biodiversité et favorable à une action renforcée de l'Union européenne pour protéger la nature.

Selon une nouvelle enquête, les citoyens européens sont de plus en plus préoccupés par l'état du milieu naturel. Par l'effet d'un consensus écrasant, 96 % des plus de 27 000 citoyens interrogés ont déclaré que nous avons la responsabilité de protéger la nature et que cette démarche est en outre essentielle pour lutter contre le changement climatique.
Selon une nouvelle enquête, les citoyens européens sont de plus en plus préoccupés par l'état du milieu naturel. Par l'effet d'un consensus écrasant, 96 % des plus de 27 000 citoyens interrogés ont déclaré que nous avons la responsabilité de protéger la nature et que cette démarche est en outre essentielle pour lutter contre le changement climatique.
L'enquête Eurobaromètre révèle que les citoyens sont de plus en plus conscients, globalement, du sens de la biodiversité, de son importance, des menaces pesant sur elle et des mesures permettant de la protéger. Les avis des citoyens correspondent aux objectifs de la stratégie de l'UE en matière de biodiversité à l'horizon 2020, qui vise à enrayer la perte de biodiversité et de service écosystémique, ainsi qu'aux objectifs des directives de l'UE «Oiseaux» et «Habitats», qui forment la pierre angulaire de la politique européenne en matière de protection de la nature. L'enquête Eurobaromètre s'inscrit dans la perspective de la première évaluation mondiale sur l'état de la nature et sur la place qu'y occupe l'humanité, lancée aujourd'hui par la plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES).
M. Karmenu Vella, commissaire européen chargé de l'environnement, des affaires maritimes et de la pêche, a déclaré à ce sujet: «[l]a dernière enquête Eurobaromètre sur la biodiversité révèle clairement trois éléments: les Européens sont très attachés à la nature et à la biodiversité; ils reconnaissent que le changement climatique et la perte de biodiversité sont les deux faces d'une même médaille, et attendent de l'Union qu'elle agisse pour protéger la nature. Disposant des éléments scientifiques solides qui seront communiqués aujourd'hui par l'IPBES, la Commission est chargée à la fois d'une mission et d'un mandat pour œuvrer vers un accord mondial fort en faveur de la nature et des citoyens en 2020.» 
Les principaux éléments de la nouvelle enquête Eurobaromètre sur la biodiversité sont notamment:
Le terme «biodiversité» devient de plus en plus familier, puisque plus de 70 % des Européens déclarent en avoir entendu parler.
Les menaces perçues comme les plus fortes à l'égard de la biodiversité concernent l'air, la pollution des sols et de l'eau, les catastrophes d'origine humaine et le changement climatique. L'agriculture intensive, la sylviculture intensive et la surpêche, qui sont de loin les principaux facteurs de la perte de biodiversité, sont de plus en plus reconnues, mais pas encore pleinement, comme des menaces majeures pour la biodiversité.
Depuis le dernier Eurobaromètre sur la biodiversité en 2015, les citoyens ont davantage compris l'importance de la biodiversité pour l'humanité. La grande majorité des citoyens estime qu'il nous incombe de prendre soin de la nature (96 %), et que cette démarche est essentielle dans la lutte contre le changement climatique (95 %). On observe également une forte augmentation du nombre de personnes totalement convaincues que la biodiversité est indispensable à la production de denrées alimentaires, de carburants et de médicaments (91 %), et de celles estimant que la biodiversité et une nature en bonne santé sont importantes pour le développement économique à long terme (92 %).
La plupart des Européens ne souhaitent pas que la nature soit endommagée ou détruite dans les zones protégées au profit du développement économique. Au moins deux tiers des personnes interrogées estiment que les zones de protection de la nature telles que Natura 2000 ont une grande importance pour la protection des animaux et des plantes menacés (71 %), la prévention d'une destruction des zones naturelles de valeur terrestres et maritimes (68 %), et la préservation du rôle de la nature consistant à fournir la nourriture, l'air pur et l'eau (67 %).
La plupart des citoyens considèrent l'Union européenne comme un niveau légitime d'action en faveur de la biodiversité et des services écosystémiques. Les personnes interrogées estiment que les actions les plus importantes que l'UE doit mener pour protéger la biodiversité consistent à restaurer la nature et la biodiversité afin de compenser les dommages causés, et à mieux informer les citoyens sur l'importance de la biodiversité.
Contexte
L'enquête a été réalisée dans les 28 États membres de l'UE entre le 4 et le 20 décembre 2018. Quelque 27 643 personnes issues de différents groupes sociaux et démographiques ont été interrogées en face à face à leur domicile, dans leur langue maternelle.
La dernière enquête sur les attitudes des Européens à l'égard de la biodiversité a été conçue pour en savoir davantage sur la conscience et l'opinion des citoyens européens à l'égard de la biodiversité et de la nature. Elle fait suite à une enquête antérieure portant sur les mêmes thèmes, qui avait été publiée en octobre 2015 (EB spécial 436), et ce rapport contient des comparaisons de tendances au regard de l'enquête de 2015. La présente enquête a été conçue pour étudier: la connaissance du terme «biodiversité»; les perceptions concernant les principales menaces qui pèsent sur la biodiversité; les perceptions concernant les raisons de mettre fin à la perte de biodiversité; les actions que l'UE devrait mener pour prévenir la perte de biodiversité; et la connaissance du réseau Natura 2000, l'importance perçue des zones de protection de la nature, et les attitudes à l'égard du développement susceptible de nuire aux zones concernées.
Les résultats de l'enquête Eurobaromètre sont obtenus à un moment crucial, alors que la perte de biodiversité attire l'attention des médias au niveau mondial et gagne en importance dans l'agenda politique international. La première évaluation mondiale de la biodiversité et des services écosystémiques, sur le point d'être lancée par la plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES), fournit des données scientifiques solides sur l'état de la biodiversité dans le monde et les options dont l'humanité dispose pour éviter une crise écologique. Aujourd'hui également, la charte de Metz sur la biodiversité, qui sera adoptée lors de la réunion des ministres de l'environnement du G7 à Metz, renforcera l'engagement politique destiné à faire cesser la perte de biodiversité et à garantir un accord mondial fort pour la nature et la population en 2020 lors de la prochaine conférence internationale sur la biodiversité dans le cadre de la convention des Nations unies sur la biodiversité.
Pour en savoir plus
Bruxelles, le 6 mai 2019
@MorganeBravo 
Former trainee (Blue Book) of the European Commission, 
at the General Secretariat in Brussels. 
Founder,
"THE HUB EUROPEAN UNION"🇫🇷🇪🇺

Fondatrice du HUB (2006)
UNION EUROPÉENNE, EUROPEAN UNION, UNION EUROPEA.
🇪🇺CANDIDAT PRIX EUROPCOM 2017:
"THE HUB EUROPEAN UNION"🇫🇷


Fondatrice,
 « ECOLOGIE&INNOVATION : DEVELOPPEMENT DURABLE DU XXIE SIÈCLE!».


President & Founder
HUB « DIGITAL DIPLOMACY» «DIPLOMATIE NUMERIQUE ».
Présidente et Fondatrice 
«Think Tank Europe-Mexique» .
‪    headquarters in Paris, France. 
@EuropeMex
‪*Twitter :
@MorganeBravo @MBMexique @DiploDigital, @EcologieI, @EuropeMex, @MBDiplo @BAWDiplo

vendredi 5 avril 2019

🇪🇺Examen de la mise en œuvre de la politique environnementale.

Environmental Implementation Review: Commission helps Member States to better apply EU environment rules to protect citizens and enhance their quality of life

👉 http://europa.eu/rapid/press-release_IP-19-1934_en.htm

Revisión de la Aplicación de la Política Medioambiental: la Comisión ayuda a los Estados miembros a aplicar mejor las normas medioambientales de la UE para proteger a los ciudadanos y mejorar su calidad de vida.


Examen de la mise en œuvre de la politique environnementale: la Commission aide les États membres à mieux appliquer la réglementation environnementale de l'UE pour protéger les citoyens et améliorer leur qualité de vie.

Une initiative qui vise à améliorer l'application des politiques et des règles de l'UE en matière d'économie circulaire, de nature et de biodiversité, de qualité de l'air et de qualité et gestion de l'eau.
La Commission a publié aujourd'hui le deuxième examen de la mise en œuvre de la politique environnementale (EIR) dans le cadre de son initiative lancée en 2016 pour améliorer la mise en œuvre de la politique environnementale européenne et des règles communément admises dans tous les États membres de l'UE. La mise en œuvre de la politique et de la législation environnementales de l'UE n'est pas seulement essentielle pour maintenir un environnement sain. Elle ouvre également de nouvelles perspectives en termes de croissance économique durable, d'innovation et d'emplois. La mise en œuvre intégrale de la législation environnementale de l'UE permettrait à l'Union d'économiser environ 55 milliards € par an en coûts de santé et en coûts directs pour l'environnement.
M. Karmenu Vella, commissaire chargé de l'environnement, des affaires maritimes et de la pêche, a déclaré à ce sujet: «La Commission Juncker s'est engagée à construire une Europe qui protège. Assurer aux citoyens européens une qualité de l'air et de l'eau la meilleure possible et une gestion des déchets optimale, garantir que notre capital naturel soit protégé, telle est notre priorité. L'examen de la mise en œuvre de la politique environnementale a vocation à aider les États membres à rendre cela possible en leur fournissant les informations et les outils dont ils ont besoin.»
L'EIR donne une vue d'ensemble de la mise en œuvre de la réglementation et des politiques environnementales dans chaque pays de l'UE et recense les causes des lacunes constatées à cet égard. Il aide à trouver des solutions avant que les problèmes deviennent urgents et vise à aider les décideurs en mettant en avant les priorités qui doivent retenir leur attention. Tous les États membres ont eu recours au programme d'apprentissage entre pairs (P2P) créé en 2017 dans le cadre de l'EIR, qui facilite l'apprentissage entre les autorités environnementales.
L'examen comprend: 28 rapports pays exposant l'état des lieux de la mise en œuvre de la législation environnementale de l'UE ainsi que les possibilités d'amélioration dans chaque État membre; et une communication qui tire des conclusions et définit les tendances communes au niveau de l'UE et adresse à tous les États membres des recommandations d'amélioration, exposant les principales actions prioritaires à mener. 
État des lieux dans les principaux domaines d'action 
L'EIR montre que 18 États membres sont toujours aux prises avec des niveaux élevés d'émissions d'oxydes d'azote (NOx) et que 15 pays doivent encore réduire leurs émissions de particules (PM2,5 et PM10). Vu l'incidence de la pollution de l'air sur la santé, et conformément à sa communication de mai 2018 intitulée «Une Europe qui protège: de l'air pur pour tous», la Commission a entamé des dialogues sur l'air pur avec plusieurs pays de l'UE, qui s'ajoutent à l'adoption de mesures d'exécution plus ciblées.
Si le cadre stratégique en faveur de l'économie circulaire a été renforcé d'une manière générale, la prévention des déchets reste un défi important pour tous les États membres. Concernant la gestion des déchets, si cinq pays ont déjà atteint leurs objectifs de recyclage et que neuf autres sont en bonne voie pour y parvenir, quatorze pays risquent toutefois de manquer l'objectif de 2020 fixé pour le recyclage des déchets municipaux. Des systèmes de gestion des déchets éprouvés et efficaces constituent un élément essentiel de notre économie circulaire.
Pour ce qui est de l'eau, il reste beaucoup à faire pour atteindre pleinement les objectifs fixés dans les directives sur l'eau et notamment pour que nos cours d'eau parviennent à un bon état écologique d'ici 2027. Les eaux urbaines résiduaires ne sont toujours pas traitées correctement dans les deux tiers des États membres. Des investissements plus importants sont essentiels pour atteindre ces objectifs et les fonds de l'UE continueront de soutenir les efforts de mise en œuvre.
En ce qui concerne la protection de la nature et de la biodiversité, le réseau Natura 2000 a continué à se développer sur terre et en mer. L'UE a déjà dépassé l'objectif consistant à définir 10 % de ses zones côtières et marines en tant que zones marines protégées d'ici à 2020 fixé dans la convention sur la diversité biologique. Néanmoins, la plupart des États membres doivent intensifier leurs efforts en vue de l'achèvement du réseau Natura 2000 et de la gestion de ses sites.
Concernant le changement climatique, les États membres ont bien progressé dans la mise en œuvre de la législation climatique de l'UE et il est probable que les objectifs pour 2020 seront atteints. Les efforts de chaque État membre et au niveau de l'UE doivent cependant être intensifiés afin que nous respections notre engagement au titre de l'accord de Paris et évitions les pires conséquences du changement climatique.
L'examen de la mise en œuvre de la politique environnementale a mis en place un nouvel outil - le programme d'apprentissage par les pairs - afin d'encourager les autorités environnementales de différents États membres à tirer mutuellement parti de leurs expériences. Depuis son lancement, tous les États membres ont participé à au moins un événement se rapportant à l'économie circulaire, à la qualité de l'air, à la réglementation relative au bois, à la nature et à la biodiversité, et à la qualité de l'eau.
L'EIR évalue aussi certains facteurs susceptibles d'améliorer considérablement la mise en œuvre, par exemple la gouvernance environnementale. La Commission invite les États membres à améliorer l'intégration des objectifs environnementaux dans d'autres objectifs stratégiques, à améliorer l'efficacité et l'efficience de l'administration publique et à être plus transparents en matière d'information relative à l'environnement. Les autorités locales et régionales ainsi que d'autres parties prenantes pourraient par ailleurs s'impliquer davantage pour dépasser les principaux obstacles à la mise en œuvre.
Historique du dossier
La première série de rapports de l'examen de la mise en œuvre de la politique environnementale (EIR) de l'UE a été adoptée en février 2017. L'EIR va de pair avec la stratégie de la Commission visant à «Mieux légiférer», en se concentrant sur l'amélioration de la mise en œuvre de la législation et des politiques existantes. Depuis son adoption, de nombreux États membres ont organisé des dialogues sur l'EIR consacrés aux thèmes prioritaires recensés dans leurs rapports. Dans de nombreux de cas, les autorités régionales et locales ainsi que les principales parties prenantes ont participé au processus. Lorsque des règles définies d'un commun accord ne sont pas correctement mises en œuvre, la Commission peut entamer une action en justice. Afin d'éviter d'en arriver à cette situation, la Commission collabore avec les États membres pour leur permettre de mieux appliquer la réglementation et les politiques environnementales, au moyen de l'examen de la mise en œuvre de la politique environnementale.
Bruxelles, le 5 avril 2019
#FutureOfEurope

@MorganeBravo🇫🇷
Fondatrice, "THE HUB EUROPEAN UNION".

mardi 19 mars 2019

UNESCO Principles for AI: Towards a Humanistic Approach? A Global Conference.


UNESCO 

Pour une intelligence artificielle au service de l'humain le rôle de l'UNESCO.



L’humanité est à l’aube d’une nouvelle ère. Comment gérer l'Intelligence Artificielle ?
L’IA est déjà en train de changer beaucoup d’industries. Seulement 22 % des professionnels de l’I.A sont des ♀️ Si cette tendance persiste, l’I.A sera ajoutée à la liste des domaines à prévalence masculine. Le développement de l’AI pose déjà de graves problèmes de monopolisation & de répartition inéquitable, qui ne pourront être résolus qu’à l’échelle mondiale. L’IntelligenceArtificielle peut avoir des conséquences positives sur la paix & le développement durable, mais peut également mener à des inégalités & d'augmenter le fossé numérique. La transformation, c’est maintenant. Le progrès de l'intelligence artificielle change la manière dont nous apprenons, travaillons & vivons. Mais sommes-nous vraiment prêts pour ses enjeux éthiques ?


Principles for AI: Towards a Humanistic Approach? A Global Conference - 4 March 2019
"International experts agree: Humanity is on the threshold of a new era. Rapid technological advancements in artificial intelligence (AI) – as well as other evolving technologies such as robotics, big data analytics, and the Internet of Things – are changing the way we learn, work and live together. This transformation has already begun and while it affects all aspects of our lives - are we prepared? 
In response to the major transformations of our societies due to AI, UNESCO - as a global laboratory of ideas, standard setter, policy advisor and capacity builder - will play a leading role in facilitating international cooperation and shaping its future. UNESCO’s mandate calls inherently for a human-centred approach to AI; to shift the conversation to include AI’s role in addressing current inequalities regarding access to knowledge, research and the diversity of cultural expressions and to ensure AI does not widen the technological divides within and between countries. The promise of “AI for all” must be that everyone can take advantage of the technological revolution under way and access its fruits, notably in terms of innovation and knowledge.
Building on its record of multi-stakeholder consultation and consensus building, UNESCO will bring together stakeholders from the public and private sector, technical community, media and academia, civil society and international organizations.  The conference will facilitate dialogue between stakeholder groups on the potential benefits and challenges of AI and its applications. Discussions will focus on the universal aspects of AI, its ethical dimensions, and ways to ensure human-centred and ethical design of AI principles and frameworks rooted in international cooperation."


Principes pour l’IA : vers une approche humaniste ? Une conférence mondiale - 4 mars 2019.
"Les experts internationaux sont d’accord : l’humanité est à l’aube d’une nouvelle ère. Les avancées technologiques rapides dans le domaine de l’intelligence artificielle (IA) - ainsi que d’autres technologies émergentes comme la robotique, l’analyse de mégadonnées et l’Internet des objets - bouleversent nos manières d’apprendre, de travailler et de vivre ensemble. Cette transformation a déjà commencé et alors qu’elle affecte tous les aspects de nos vies, sommes-nous prêts ?
En réponse à ces transformations majeures de nos sociétés induites par l’IA, l’UNESCO - en tant que laboratoire d’idées à l’échelle mondiale, moteur dans l’élaboration des normes, fournisseur de conseils politiques, et en tant qu’organisme de développement des capacités – jouera un rôle clef dans la promotion de la coopération internationale et le façonnement de l’avenir de l’IA. Le mandat de l’UNESCO implique une approche de l’IA centrée sur l’humain ; de centrer le dialogue sur le rôle de l’IA dans la lutte contre les inégalités d’accès au savoir, la recherche et la diversité des expressions culturelles, et de s’assurer que l’IA ne creuse pas la fracture technologique entre et dans les pays. La promesse d’une IA pour tous doit permettre à chacun de tirer profit de la révolution technologique en cours et d’accéder à ses fruits, notamment en matière d’innovation et de savoir.
S'appuyant sur son expérience en matière de consultation multipartite et de recherche de consensus, l’UNESCO rassemblera des parties prenantes des secteurs public et privé, de la communauté technique, des médias, du monde académique, de la société civile et des organisations internationales. Cette conférence facilitera le dialogue entre les parties prenantes quant aux bénéfices et aux défis liés à l’IA et à ses applications. Les discussions seront axées sur les aspects universels de l’IA et ses enjeux éthiques, mais également sur les moyens de concevoir des principes centrés sur l’humain, éthiques dans un cadre de coopération internationale."


Discours de Audrey Azoulay UNESCO Director-General.



«Artificial intelligence can be a great opportunity to accelerate the achievement of sustainable development goals. But any technological revolution leads to new imbalances that we must anticipate. 
Nous nous trouvons probablement aujourd’hui dans un moment comme l’histoire humaine en compte peu. Le moment d’une révolution technologique, et par là même le moment d’une révolution anthropologique.»
Audrey Azoulay UNESCO Director-General

Discours de , Secretary General .
Lors de l'ouverture de la Conférence mondiale pour la promotion d’une approche humaniste de l'intelligence artificielle.
"We need to get this right".
Secretary General .






Crédit Photos©MorganeBRAVO

Crédit Photos©MorganeBRAVO
#HumanAI Conférence à l’  @UNESCO . « Il ne suffit pas de proposer des principes d' #éthique #AI 👉cela doit être étayé par des #règles strictes qui donnent vie à ces principes tels que le #RGPD »
@ViolaRoberto 
@EUatOECD_UNESCO #artificialIntelligence #UE #Unesco  #IA #AI











Crédit Photos©MorganeBRAVO
🔴 Conférence Mondiale à l’
👉Ministerial Round Table «Poser les bases d’une approche de l’ : un moyen d’avancer »




UNESCO "Principes pour l’IA : vers une approche humaniste?"


UN SUCCÈS!

@MorganeBravo🇫🇷
Fondatrice,
"THE HUB EUROPEAN UNION"